Marguerite Duras - Vidéo Ina.fr

Marguerite Duras

28 sept. 1984 01h 16min 24s 66281 vues Sélection de la rédaction

Publicité

|
ou
|
2,99 €

Marguerite Duras

Apostrophes

28 sept. 1984 66281 vues 01h 16min 24s

A l'occasion de la sortie de son dernier roman "L'amant", Marguerite DURAS est l'unique invitée d'"Apostrophes". Elle répond en direct aux questions de Bernard PIVOT, sur le succès populaire inattendu de "L'amant" : 100000 exemplaires vendus en 4 semaines. Succès critique aussi après 10 ans de silence, le prix Goncourt raté de peu pour "Barrage contre le Pacifique" en raison de son appartenance au Parti Communiste.Banc titre : photographies de famille en noir et blanc de Marguerite DURAS extraites du livre "Les lions". Elle évoque sa rencontre à 15 ans avec l'amant chinois milliardaire ainsi que les rapports entretenus avec sa mère et ses deux frères, sauvages.- Bernard PIVOT lit un extrait sur la rencontre avec "L'amant" - leur liaison scandaleuse, ce qui les rapproche : son attirance, elle est créole ; sa mise en quarantaine, le racisme ambiant. C'est sur le bateau du retour qu'elle prend conscience qu'elle l'a aimé. Elle parle de sa mère, institutrice, personnage central du "Barrage contre le Pacifique" seule avec trois enfants, qui perd ses économies dans l'achat d'une concession, sa folie. - Bernard PIVOT lit un extrait du "Barrage contre le Pacifique".Elle a pardonné à son frère aîné, ce voyou qui a tué le petit frère, à cette mère adorée dont elle a eu honte. Elle ne leur a pas dit cette liaison.De retour en France, la mère a refondé une école pour sortir de la misère. Elle lèguera tout au fils aîné. - Bernard PIVOT lit un extrait de "L'amant".Elle parle ensuite de l'écriture, du style mais aussi de la nécessité douloureuse d'écrire. Sartre n'a jamais ressenti cette urgence de l'écriture, il n'est qu'un "moraliste". Elle évoque ses personnages fictifs ou réels, son visage ravagé. - Bernard PIVOT lit un extrait où elle se décrit au début du livre. Autres thèmes abordés : son alcoolisme (les cures de désintoxication et les rechutes...), l'automobile symbole de la richesse inaccessible, les cris, le corps, le désir, la politique de la seconde guerre mondiale à Amnesty International en passant par François MITTERRAND "seigneurial". L'émission se termine sur l'évocation de l'enfance, la peur vécue dans cet environnement sauvage et retrouvée pendant la guerre, le manque de la mère à son premier séjour en France, puis la place de "l'amant". - Bernard PIVOT lit la fin de "L'amant".

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

producteur

Bernard Pivot

participant

Marguerite Duras

présentateur

Bernard Pivot

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies