Les espions - Vidéo Ina.fr

Les espions

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Les espions

Apostrophes

video 23 mai 1975 4983 vues 01h 07min 00s

Bernard PIVOT consacre l'émission aux espions et plus particulièrement à l'espionnage pendant la Seconde guerre mondiale.Il a réuni sur le plateau : Léopold TREPPER, ex-espion soviétique, chef de l'Orchestre Rouge ; Dusko POPOV, ex-espion yougoslave au service de la Couronne Britannique ; Roger GHEYSENS, ex-résistant, historien et écrivain belge. - Léopold TREPPER raconte dans "Le Grand jeu" ses mémoires. Il a commencé sa carrière d'espion dans les services de renseignements soviétiques afin de lutter contre le nazisme. Il a été arrêté par les allemands en novembre 1942 et s'est évadé en septembre 1943. Son accent rend parfois ses propos inintelligibles. Sa femme, avec qui il est marié depuis cinquante ans, est à ses côtés sur le plateau. Elle intervient brièvement en milieu et fin d'émission. - Dusko POPOV, né en Yougoslavie, citoyen britannique, a écrit "Tricycle" sur sa longue carrière auprès de l'Intelligence Service. Il était pendant la guerre un agent-double, collaborant avec les Allemands pour mieux servir les Anglais. Contrairement à Léopold TREPPER, il n'était animé d'aucune flamme politique, "avait un coeur sec et froid". Il explique que les armes de l'espionnage sont immorales, mais ont cependant sauvé plus de vies que la Croix Rouge pendant la guerre. Un espion ne doit pas avoir plus de scrupules qu'un aviateur lançant des bombes. Dusko POPOV était un playboy. C'était sa "couverture" d'espion. Il a donc connu beaucoup de femmes et s'accorde à dire, comme ses collègues présents sur le plateau, que les femmes ne font pas de bonnes espionnes. Selon lui, l'espionnage ne sert souvent à rien, les informations glanées par les agents n'étant presque jamais crues. Il cite le cas de Pearl Harbour, catastrophe qui aurait pu être évitée si l'on avait tenu compte du travail des services de renseignements. Par contre, l'intoxication, dit-il, fût l'arme la plus efficace de la dernière guerre. Il cite pour exemple "l'affaire Cicéron".- Roger GHEYSENS présente son livre "Les Espions", travail d'historien sur l'activité d'espionnage. Il appelle les espions les "aventuriers de l'histoire".- Gilles LAPOUGE présente le livre de Victor Marc PETIT et John D. MARKS : "La CIA et le culte du renseignement", partiellement censuré aux Etats-Unis.

Émission

Apostrophes

Production

producteur ou co-producteur

Antenne 2

Générique

réalisateur

François Chatel

producteur

Bernard Pivot

participant

Leopold Trepper
Luba Trepper
Roger Gheysens
Dusko Popov

présentateur

Bernard Pivot
Gilles Lapouge

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies