Gabriel Marcel 1889 1973 : 2ème partie - Vidéo Ina.fr

Gabriel Marcel 1889 1973 : 2ème partie

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Téléchargez le programme sur votre ordinateur
graver
Créez votre DVD à la carte (5€ de frais de gravure par DVD gravé)

Gabriel Marcel 1889 1973 : 2ème partie

Archives du XXème siècle

video 19 oct. 1977 6009 vues 58min 47s

Dans ce second volet Gabriel MARCEL, après une improvisation au piano, qui est pour lui comme une prière, développe sa propre philosophie. Il explique ce quil a voulu dire par "la dimension ontologique de la pensée", donne la définition de l'ontologie, de la transcendance, parle de l'irrationalisme, de Dieu comme "le toi absolu", de son "allergie" à l'Ancien Testament, de sa difficulté d'envisager la mort, celle de l'être aimé ou de la sienne. En ce qui concerne la mort de l'être aimé, il prend comme exemple une scène de sa pièce "L'insondable". Gabriel MARCEL montre la place dans sa pensée de l'idée de "fidélité créatrice", parle du courage et de la justice, deux vertus qui ont pris une place grandissante. Sur ce dernier point, il cite l'exemple de l'épuration, sujet très sensible dans sa pièce "L'émissaire". Il évoque le rapport entre le courage et la vérité et montre combien son théâtre est une sorte de protestation, de prospection, en citant la scène finale de "L'iconoclaste". Ses pièces ont été peu jouées et c'est sa grande déception. Il s'exprime plus longuement sur l'aspect comique de son théâtre ("La dimension Florestan"), une manière pour lui de réagir contre ce qu'il y a d'oppressant dans le moralisme. Il montre l'influence de Heidegger. Gabriel MARCEL évoque son expérience de professeur de philosophie, son rôle comme directeur de la collection "Feux croisés" qui a publié Huxley, Rosamond Lehmann. Il raconte ses rapports avec l'Académie Française. Par contre, il reconnait avoir eu beaucoup d'honneurs et de prix mais sans jamais les avoir sollicités. Il évoque ses amis Henri Franck, Charles du Bos, essentiel dans sa vie, Robert Garrick, Jacques Rivière auprès de qui il a eu contact avec la NRF, Gustave Thibon et l'historien Daniel Halévy.Gabriel MARCEL aborde la politique, évoquant sa sympathie pour la monarchie, sa rencontre avec le Comte de Paris, son attitude vis à vis du marxisme et du communisme, ses conversations avec Roger Garaudy. Il donne son avis sur l'avenir de la bourgeoisie française, le mouvement de Mai 68, qu'il considère en grande partie comme infantile et l'avenir de notre civilisation qui, selon lui, va vers un cataclysme.En conclusion, Gabriel MARCEL pense avoir rempli sa vocation, il a passé sa vie à explorer, à chercher mais se considère comme un pauvre chrétien.

Émission

Archives du XXème siècle

Production

producteur ou co-producteur

Société francaise de production, Télévision Française 1

Générique

réalisateur

Pierre André Boutang

producteur

Jean Jose Marchand

interprète

Gabriel Marcel

participant

Gabriel Marcel

présentateur

Pierre Boutang

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies