Partager
Ajouter Acheter
14 juil. 1958 2764 vues 07min 11s

Lors des cérémonies du 14 juillet 1858, la FRANCE accueille 4000 anciens combattants d'AFRIQUE DU NORD, présents dans le défilé militaire sur les Champs Elysées, comme à la cérémonie de l'Hôtel de Ville au cours de laquelle André MALRAUX, ministre de... + de détails

Lors des cérémonies du 14 juillet 1858, la FRANCE accueille 4000 anciens combattants d'AFRIQUE DU NORD, présents dans le défilé militaire sur les Champs Elysées, comme à la cérémonie de l'Hôtel de Ville au cours de laquelle André MALRAUX, ministre des Affaires culturelles, prononce un discours. - Vue générale place de l'Hôtel de Ville. CPL défilé anciens combattants. Foule faisant le V de la victoire. Anciens combattants en tenue traditionnelle. GP visage. GP targuis dans leurs voiles. PL sur foule. VG place. Noirs en vêtements traditionnels dans les spectateurs. - Discours d'André MALRAUX. PR MALRAUX derrière micros. - "Survivants de la MARNE et de VERDUN, soldats des dernières batailles, combattants de la RESISTANCE, nous voulons terminer cette journée qui est la vôtre en parlant en votre nom à tous les français, à ces français qui savent que depuis 18 ans, seule la FRANCE n'a pas cessé de se battre. Dans la paix comme dans la guerre, nous tenons pour nôtres tous ceux qui croient que la FRANCE (inaudible) et c'est avec tous ceux-là que nous dirons à ceux qui se croient ou se croyaient nos adversaires : vous avez proclamé que nous apporterions le fascisme avec nous, depuis que le général DE GAULLE assume le destin de la FRANCE, le fascisme a-t-il triomphé ? Contre celui qui avait rétabli la REPUBLIQUE, défendiez-vous ce que l'histoire de FRANCE appellera le régime du malheur ? Nous entendrons demain beaucoup de voix dire que la nouvelle République est mauvaise mais nous n'en avons pas entendu une seule, hier, dire que ce régime était bon. (Applaudissements). Le vieil Hôtel de Ville de PARIS était celui de la Commune de 93 et de celle de 71, l'une et l'autre au service de la FRANCE. Vieux peuple de FRANCE, séculairement divisé, comme il est temps de ne plus attendre de l'avenir des réconciliations, comme il est temps de comprendre pourquoi, sur le chemin qui va de l'Arc de Triomphe au rond point de la Défense, le gouvernement veut prolonger une avenue JEAN JAURES par une avenue du GENERAL LECLERC. (Applaudissements, "bravo"). La tâche est rude en ALGERIE, pourtant nous avons vu sur les écrans plus de musulmans acclamer le général DE GAULLE qu'il n'y a de fellaghas dans toute l'ALGERIE (GP sur invités). Et, lorsque la paix conquise, les derniers soldats du contingent passeront devant la statue de la République, peut-être sur la face douloureuse de DIEN BIEN PHU, retrouveront-ils le sourire qu'avaient connu les soldats de FLEURUS. (Applaudissements) Notre peuple nous jugera sur nos actes. Les amateurs de propagande totalitaire seront déçus. Celle du gouvernement consistera à faire connaître ce qu'il fait. Et il serait imprudent de tenter de l'empêcher de le faire. A bon entendeur, salut ! (Applaudissements) Que ceux qui ont défilé pour défendre une autre République que la République française, aillent défiler à BUDAPEST ! (Applaudissements) Mais ceux qui ont cru défendre la REPUBLIQUE de l'an II, qu'ils sachent que depuis bien des années nul n'a combattu pour la FRANCE sans combattre pour le peuple de FRANCE, pour ce peuple qui emplissait le 18 le Mont Valérien et ce matin les Champs Elysées comme pour celui qui défilait le 28 mai à la BASTILLE et auquel notre FRANCE crie : "Je vous appelle tous, ceux qui m'avez défendu et ceux qui croyaient me combattre et pour ces derniers je ne ferai appel qu'à leur plus noble crainte : qu'ils craignent de voir la FRANCE renaître sans eux." (Applaudissements) Ils veulent la REPUBLIQUE sans le général DE GAULLE comme d'autres veulent le général DE GAULLE sans la REPUBLIQUE. Mais la FRANCE, comme PARIS, comme vous, veut la REPUBLIQUE avec le général DE GAULLE. (Applaudissements) La FRANCE veut cette République là parce que, depuis plus de dix ans, notre peuple avait désappris à espérer et qu'il ne se laissera désormais frustrer de son espoir par personne. Que s'efface enfin le système du malheur et que vive la REPUBLIQUE à laquelle le général DE GAULLE a rendu pour la FRANCE le visage fraternel de l'espoir et pour le monde, en quelques semaines, le visage de la fierté."

  • Emission
  • JT 20H
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française