Partager
Ajouter Acheter
11 nov. 1965 810 vues 16min 01s

ITW Alain PEYREFITTE, ministre de l'Information, qui répond à la question de Jean de BENEDETTI : "Comment l'ORTF va-t-il prêter son concours aux élections ?" : - "il faut distinguer entre des émissions en dehors de la campagne officielle et les é... + de détails

ITW Alain PEYREFITTE, ministre de l'Information, qui répond à la question de Jean de BENEDETTI : "Comment l'ORTF va-t-il prêter son concours aux élections ?" : - "il faut distinguer entre des émissions en dehors de la campagne officielle et les émissions électorales de la campagne proprement dite. Pour les premières, le conseil d'administration de l'ORTF (qui veille jalousement à l'impartialité et à l'objectivité de la télévision nationale) a édicté des directives sur la comptabilité des temps de présentation des candidats. D'ici au premier tour, chacun des candidats aura pu exposer sa candidature pendant 8 mn dans le cadre du journal télévisé et du journal parlé. - à partir du 19 novembre début de la campagne officielle, chaque candidat pourra occuper au total des tranches horaires de 2 h à la radio et à la télévision, sous réserve que les candidats ne se multiplient pas. - le ministre de l'information doit fixer le nombre et les horaires de ces émissions, la commisssion nationale de contrôle doit aménager ces tranches horaires, elles seront fixées aux meilleures heures d'écoute. le dernier jour de la campagne, les allocutions des candidats se succèderont de 20h à 21h30 à la fois à la radio et à la télévision. - je crois savoir que les ministres s'imposeront une grande discrétion, M. Pompidou nous a demandé de nous abstenir de tout déplacement en province à partir de la campagne officielle. le général de Gaulle ne souhaite pas utiliser tout son temps de parole il est suffisamment connu des Français. le président sortant ne parlera qu'un nombre restreint de minutes alors que l'opposition disposera de 20h d'antenne, le gouvernement est donc plus libéral et plus démocrate que dans aucune des grandes démocraties occidentales. - l'opposition en France entretient l'illusion qu'elle est moins bien traitée qu'à l'étranger. il y a plusieurs oppositions, opposées entre elles. si on leur donnait la parole chaque fois qu'elles le souhaitent, ce serait la campagne électorale permanente. quand un entrepeneur a enlevé une adjudication pour la construction d'un pont, les entrepreneurs évincés ne sont pas admis à tout instant sur le chantier pour critiquer la manière dont le pont est construit. quand une nouvelle adjudication est lancée, il est souhaitable que les autres entrepreneurs soient placées dans d'aussi bonnes conditions pour faire valoir leur programme et leurs qualités propres. l'entrepreneur qui vient de construire le pont a pour meilleur réclame son pont qui est toujours debout, surtout si les ponts des concurrents se sont effondrés par le passé. - ce qui compte, ce n'est pas ce qu'on dit mais ce qu'on fait et en 25 ans, le peuple français a eu le temps de juger. - la campagne a commencé vraiment quand a été connu le nom du candidat de la Vème République, soit quinze jours de plus que la campagne officielle. le général de Gaulle a jugé que c'était bien suffisant. dans tous ses gestes, le général est continuellemnt occupé par la volonté de donner à l'Etat et à la Nation de bonnes habitudes qui il faut bien le dire en ont longtemps de mauvaises. il veut creuser un sillon que ses successeurs n'ait qu'à poursuivre. - le général n'a pas dit "moi ou le chaos", il a dit que s'il était battu le régime serait renversé et ce serait le chaos. il est possible que les autres partis ne souhaitent pas retourner à la IVème République, mais ils n'ont pas été capables de se mettre d'accord pour cette bataille éphèmere, comment voulez-vous qu'ils soient d'accord pour mener une politique pendant 7 ans ? ils ne sont d'accord que pour s'opposer à ce qui a été fait. on retomberait dans une confusion pire que sous la IVème République car il n'y aurait plus ce recours que représentait alors le général."

  • Emission
  • JT 20H
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française