Le débat : Lionel Jospin Jacques Chirac - Vidéo Ina.fr

Le débat : Lionel Jospin Jacques Chirac

02 mai 1995 02h 22min 10s 67063 vues

Publicité

|
ou
|
2,99 €

Le débat : Lionel Jospin Jacques Chirac

02 mai 1995 67063 vues 02h 22min 10s

Débat pour le second tour de l'élection présidentielle opposant le candidat PS Lionel Jospin au candidat RPR Jacques Chirac, axé sur les thèmes suivants : politique et institution ; finances ; société ; Europe et Monde. Le débat est animé par Alain Duhamel et Guillaume Durand. - Lionel JOSPIN : "Je suis heureux de faire ce débat. Cela servira à éclairer les français quant à leur choix. Nos visions de la société sont différentes et nos deux personnalités aussi. Il y a un vote protestataire parce qu'il y a de quoi protester". - Jacques CHIRAC : "La protestation vient de ce qu'un très grand nombre de français se sentent exclus, malheureux. Il faut prendre en considération les difficultés des gens et essayer d'y apporter des solutions". - (A propos de la noyade du jeune marocain jeté dans la Seine par des skinheads sortant du cortège du Front National du 1er Mai) L.J. : "C'est un assassinat contre lequel tout le monde doit se dresser. Le contexte est un discours xénophobe. Ce n'est pas le seul crime raciste de ces derniers mois". - (Idem) J.C. : "Sentiment d'horreur... Nos institutions sont très remarquables. La manière de les interprêter peut varier. Le président est devenu une sorte de super Premier Ministre. Il faut donc rééquilibrer les institutions... Les dépenses abusives de l'Etat... Justice indépendante... Elargissement du droit de référendum". - L.J. : "Mon diagnostic est assez différent du sien. Il y a un vieillissement de ce système constitutionnel qui a été conçu dans une période très particulière, pour un homme très particulier, le Général de Gaulle. S'il y a une crise du politique en France, il faut garder la matrice de la Vème République, mais je propose la réduction à 5 ans du mandat présidentiel". - J.C. : "La distance que j'ai pu prendre avec le pouvoir m'a permis de réfléchir. Ca ne sert à rien de déplacer des hommes d'un point de vu politique. L'Etat doit être impartial". - L.J. : "Si je suis élu, je soumettrai cette proposition par référendum. Je suis le 1er à dire que je proposerai cette réforme, celle du quinquennat. Il vaut mieux cinq ans avec Jospin que sept ans avec Jacques Chirac. Ce serait bien long (Rires de CHIRAC). Il n'y a qu'en France qu'il y a cette manie des cumuls. Un Ministre ne doit pas être ministre à mi temps. Voilà le sens de ma proposition. Regardez ce que j'ai fait quand j'étais Ministre de l'Education". - J.C. : "La politique de l'emploi a été considérée comme devant régler un problème qui s'imposait, mais on n'a jamais été au coeur des choses. Il faut donner un peu d'oxygène à tout ceux qui innovent. Il faut diminuer la paperasserie épouvantable. Il faut prendre en considération ceux qui sont au chômage depuis très longtemps. Il faut développer les services de proximité, mieux soutenir l'activité d'un certain nombre de secteurs. Passer dans un autre système qui a un objectif : créer des emplois". - L.J. : "Le chômage a progressé sous la gauche et sous la droite. Notre performance n'a pas été sastisfaisante, je le dis et le reconnais. Nous devons abaisser les charges sur les bas salaires, partager le temps de travail, en s'appuyant sur le livre de Jacques Delors". - J.C. : "Les entrepreneurs sont les forces vives du pays. Je ne veux pas répartir, je veux créer une dynamique". - L.J. : "Il faut des augmentations de salaire progressives. Le temps partiel ne suffit pas à résorber le chômage. Nous avons un problème majeur avec les qualifications des travailleurs. - J.C. : "Je propose un transfert à la solidarité. Il faut poursuivre les privatisations". - L.J. : "Effectivement, je n'ai pas l'intention de poursuivre le programme des privatisations. Il y a une conception à la française du service public et j'y suis profondément attaché. Il faut une priorité absolue au logement social, avec des prêts sociaux et des prêts associatifs". - J.C. : "Le chômage a frappé plus fortement la France que les autres pays européens. Il faut donner la possibilité d'accéder à la propriété pour que les logements locatifs se vident. Il faut relancer la construction privée". - L.J. : "Je remets en cause le code de la nationalité". - J.C. : "C'est la nécessité pour un jeune qui veut devenir français, de demander sa nationalité". - L.J. : "Guerre au sida. Il faut une politique de santé publique tournée vers la limitation des risques. Une politique systématique de prévention. Une attitude humaine vis à vis des malades". - J.C. : "Je partage tout à fait le sentiment de Lionel Jospin... L'agriculture est une carte maitresse de la France de demain". - L.J. : "On ne peut pas aider tout le monde de la même manière... Je suis contre la reprise des essais nucléaires". - J.C. : "Substituer au service militaire un service civil, que les filles pourraient faire aussi". - Conclusion de Jacques CHIRAC : "C'était un débat intéressant. La question est de savoir si les électeurs veulent un troisième septennat socialiste". - Conclusion de Lionel Jospin : "Je n'ai négligé personne. J'ai fait un projet pour un pays qui doit être tourné vers l'avenir".

Production

producteur ou co-producteur

France 2, Télévision Française 1

Générique

réalisateur

Jean Luc Leridon

participant

Jacques Chirac
Lionel Jospin

présentateur

Alain Duhamel
Guillaume Durand

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies