Jacques Chirac - Vidéo Ina.fr

Jacques Chirac

Publicité

Jacques Chirac

F2 Le Journal 20H

video 22 mars 1995 3630 vues 23min 03s

A près de quatre semaines du premier tour de l'élection présidentielle, Jacques CHIRAC, l'un des deux candidats du RPR, est invité sur le plateau du journal, interrogé par Bruno MASURE, Alain DUHAMEL et Arlette CHABOT.- Question sur l'état d'âme de Jacques CHIRAC alors qu'il était au plus bas dans les sondages : "Je n'ai pas cédé au découragement. J'ai engagé cette action pour mieux connaitre et comprendre".- Question sur les revendications sociales : "Quoi qu'il arrive, je ne souhaite pas une exploitation de la situation, il n'y a pas besoin de perturbation, d'élargissement de la fracture sociale de nature à inquiéter et à affaiblir le pays" / "J'ai constaté qu'il y a un conformisme intellectuel qui est de dire qu'on doit abaisser le pouvoir d'achat des salariés pour lutter contre le chômage. Ce n'est pas vrai, sur le plan économique, la feuille de paie n'est pas ennemie de l'emploi : un franc de salaire est un franc utile".- Question sur la baisse des impôts et du déficit : "De 1986 à 1988, période de croissance, mon gouvernement a réduit le déficit et l'endettement, assumé des dépenses nouvelles sur le plan social et baissé les impôts. On a créé 800000 emplois et en 1988, les investissements ont augmenté de 10 pour cent... Aujourd'hui, avec 450 milliards de dépenses liées au chômage, on aurait tout intérêt à dépenser autrement l'argent pour l'emploi".- Question sur la sécurité sociale : "Depuis vingt ans, il y a un plan de rationnement tous les dix huit mois, mais le déficit n'a jamais été aussi élevé et on est dans la situation d'une santé à deux vitesses. Il faut une autre approche : la réforme ne doit pas consister à rationaliser la santé, il faut dépenser mieux".- Question sur sa proposition d'un président du Conseil européen pour trois ans : "J'ai observé des réactions positives dans la presse étrangère. L'Europe doit avoir un visage à une voix".- Question sur l'application du quinquennat en France : "Je suis réservé pour des raisons de fonds : je suis hostile au régime présidentiel. Mon objectif est de remettre la constitution à sa place, pas de la changer".- Question sur l'état d'esprit des français face à la réforme : "Je dit que les français sont prêts à la réforme si elle est juste, simple, claire et efficace. Je ne suis pas sûr qu'on est dans une situation où il faut parler de sacrifice. Il faudra parler de sérieux et de changement".- Question sur le patrimoine des candidats : "C'est positif au total. La transparence est exigée à juste titre par les français".- Question sur la plus-value opérée par sa belle-famille : "Cette question faisait suite à une série de questions posée par un journal (Le Monde). En d'autres circonstances, je n'aurais pas répondu, mais en campagne électorale, la transparence est exigée. Dans le même esprit, j'ai demandé que l'on publie les comptes financiers de ma campagne".- Question sur l'affaire des HLM de Paris : "Lorsque l'affaire a débuté, j'ai indiqué que la ville de Paris demandait aux HLM la plus grande transparence. Sincèrement cette affaire n'est pas susceptible de perturber ma campagne".- Jacques CHIRAC termine cette interview par une allusion à la pomme : "La pomme est un fruit sympathique".

Émission

F2 Le Journal 20H

Production

producteur ou co-producteur

France 2

Générique

journaliste

Arlette Chabot
Alain Duhamel
Bruno Masure

participant

Jacques Chirac

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies