Partager
Ajouter Acheter
13 juin 1993 587 vues 51min 54s

Claude BEBEAR, PDG d' "Axa Assurances" était l'invité de L' "Heure de vérité". Il est l'un des membres de la commission sur l'emploi nommée par le gouvernement. - Le quart d'heure de Jean Marie COLOMBANI "sermon de BALLADUR aux patrons lundi der... + de détails

Claude BEBEAR, PDG d' "Axa Assurances" était l'invité de L' "Heure de vérité". Il est l'un des membres de la commission sur l'emploi nommée par le gouvernement. - Le quart d'heure de Jean Marie COLOMBANI "sermon de BALLADUR aux patrons lundi dernier, il leur a dit à vous de jouer, d'embaucher, la réponse a été relancez la demande" puis question sur les différends avec le CNPF, réponse "non il n'y pas de querelle, il y a les chefs d'entreprise et leurs représentants, le rôle du CNPF est d'aider ceux qui sont dans la plus mauvaise situation... Il n'a pas eu d'attitude négative par rapport aux demandes de BALLADUR, dès mardi le patron du CNPF effectuera un tour de France pour aller voir les patrons" puis BEBEAR répond sur le problème de l'avancement de la TVA et le financement de l'Unedic. - JM COLOMBANI "erreur de prévision sur la relance, il y a un mois, le Premier ministre qui présentait son plan de relance avait estimé le recul du PIB à 0,4 %, aujourd'hui il annonce 0.8 %", réponse "je ne suis pas surpris de la" surprise "du gouvernement, nous autres chefs d'entreprise on voyait les macroéconomistes se tromper, nous disions, vous, vous vous trompez dans vos analyses, c'est la même chose dans une entreprise entre les dirigeants et les hommes de terrain, j'espère que le gouvernement écoutera mieux les microéconomistes". - COLOMBANI "vos prévisions à vous sur la récession ?", réponse "il ne faut pas donner dans la sinistrose, ils ont connu une longue récession aux USA, dont ils sont sortis, le Japon est en voie de démarrer, les Européens, nous sommes les moins mal lotis d'Europe, si nous sommes capables de jouer en équipe, nous serons capables de redémarrer", COLOMBANI "BALLADUR a t il choisi les bons remèdes ?", réponse "BALLADUR a pris des décisions en fonction de la macroéconomie, l'homme politique doit donner des ordres à la" technique "... Le gouvernement a réagi très rapidement... Le gouvernement a demandé à notre commission sur l'emploi un rapport sur 5 ans... Le problème de la relance est le problème de tous, grandes entreprises, gouvernement, Europe et particuliers, il faut que les particuliers qui peuvent consommer consomment, ils n'ont pas à faire d'économies, c'est un devoir civique de consommer français, nous devrions quelquefois avoir un esprit de solidarité, c'est un des problèmes de notre société". - PR sur Bernard DUMON, PDG de la "Générale Sucrière" dans l'assistance. - De VIRIEU sur la bataille de Poitiers sur les magnétoscopes, réponse "Poitiers (le blocage des magnétoscopes à Poitiers) est un symbole, les autres pays le font", il cite un règlement édicté par la RFA pour protéger ses producteurs de pâte à papier, "le cas des grandes entreprises, il faut regarder si l'on peut résoudre le problème de la relance en privilégiant la solution de l'emploi, par exemple en passant des accords avec les PME d'aide par la technologie, de prêts de techniciens pour exporter". - COLOMBANI "on prévoit 300 à 400 000 chômeurs de plus pour la fin de l'année", réponse "oui, il faut le dire, nous aurons une fin d'année difficile, ce sont les PME, les artisans, les commerçants, les services qui sont créateurs d'emplois, les PME en ont ras le bol des papiers, il y a nécessité de réforme". - COLOMBANI "y aurait il des ressources en emploi non explorées ?", réponse "il existe actuellement 7 mesures pour l'embauche des jeunes, 17 ou 14 pour des exonérations au premier emploi, elles ne sont pas utilisées parce que trop compliquées", il cite un exemple, celui de Strafor "Strafor prend 10 étudiants pendant l'été pour faire le tour des PME des régions pour créer des emplois, en 5 semaines ils ont créé1200 emplois à 10 ". - COLOMBANI" il y a arbitrage du gouvernement en faveur de l'emploi, il a eu raison de reculer sur la compensation des salaires ", BEBEAR" il a un peu avancé, c'est embêtant de reculer, cela lui a été soufflé par d'autres, ce n'est pas une mesure idiote mais elle est refusée par le corps social entier... Je propose quelque chose de semblable, une partie de l'augmentation du pouvoir d'achat reprise pour créer des emplois, je m'engage dans un bras de fer avec les syndicats... Les Français ne sont pas assez solidaires ". - COLOMBANI" le partage du travail est insuffisamment exploré ? " , réponse" il faut l'explorer, à Axa, nous avons dit que nous ne faisions pas tout pour explorer le temps partiel, ça me paraît faisable, en Hollande le temps partiel dans l'assurance représente 40 % " , COLOMBANI" temps de retard dans le patronat français ? " , BEBEAR cite l'affaire MORIN, ce chef d'entreprise qui a menacé de licenciement les salariés qui n'acceptaient pas une réduction de leur salaire pour maintenir les emplois" c'est scandaleux, lâche "puis sur l'attitude du patronat" il n'y a pas le patronat, il y a des patrons, les organisations professionnelles sont un peu les ramasse balais... Il faut éviter que des PME meurent pour des problèmes de trésorerie, quand vous n'avez pas de fonds propres, vous êtes fichus ". - Quart d'heure de Jean Michel QUATREPOINT, éditorialiste à RMC"1700 milliards de F de prestations sociales, peut on conserver les avantages sociaux acquis ? " , réponse" oui et non, oui si on change de modalités de traitement du système ", QUATREPOINT cite les 2 ou 3 moyens énoncés pour financer les déficits sociaux, réponse BEBEAR" le financement du chômage au début, c'est un problème de solidarité nationale, il faut demander à tout le monde de participer... Le fera t on à travers la CSG, à travers une augmentation de la TVA, je n'en sais rien mais si on veut faire supporter la charge du chômage aux seuls actifs ou aux seules entreprises, je suis sûr d'une chose : on va créer encore plus de chômage ". - QUATREPOINT" l'Unedic ne peut pas boucler ses fins de mois, faut il augmenter les cotisations ?, BEBEAR "non, Michel GIRAUD a voulu obliger les gens à bouger en proposant une augmentation... On augmente la CSG, très bien, on l'affecte à ceci, ne faudrait il pas en affecter un peu à l'Unedic et ne pas le faire supporter par les seuls salariés non protégés eux mêmes". - QUATREPOINT "faut il augmenter la TVA ?", BEBEAR "oui, la TVA est inflationniste mais il n'y a pas de risque de faire de l'inflation aujourd'hui - il démonte le mécanisme de l'inflation - mais regardons bien avant d'affaiblir notre monnaie". - QUATREPOINT "vous avez parlé d'une certaine solidarité demandée aux retraités", BEBEAR "l'INSEE dit aujourd'hui qu'un ménage de retraités a un niveau de vie supérieur à un ménage d'actifs avec 2 enfants en moyenne... Quand on fait des négociations pour augmenter les cotisations de retraite, on prend plus au ménage actif pour donner au ménage qui adéjà un revenu supérieur aux autres, le système d'après guerre disait vous allez payer pour vos parents et grand parents, il y avait 4 actifs pour un retraité, aujourd'hui le ratio s'est dégradé, on en est à 1,5 actif pour 1 retraité...les femmes ont une espérance de vie jusqu'à 82 ans, elles vont vivre jusqu'à 90...on sera bientôt à 1 retraité pour 1 actif, la retraite à 60 ans est peut être allée à contre courant de ce qu'il aurait fallu faire...il faudrait un système de cotisation plus souple, mettre de l'argent de côté pour sa retraite au lieu de tout demander à ses enfants et petits enfants, il faut demander aux retraités de participer comme les autres, ex dans le domaine du chômage la CSG s'applique aux retraités...il faut des solutions courageuses en temps de crise, diminuer les charges sociales, les transférer, pour les allocations familiales c'est en train de se faire, le chômage est dans ce cas". - QUATREPOINT "des mesures pour diminuer la croissance des dépenses de santé ?", Bébéar "on gère différemment, il faut savoir ce que rembourse l'Etat ou l'entreprise...le système actuel auxquel les Français tiennent est trop énorme, il faut changer de logique, les médecins sont aussi des agents économiques, pourquoi 4 prescriptions au lieu de 3 en RFA ?...le problème des gens inactifs, on peut créer un pool pour les aider, il faut laisser la société civile se débrouiller, les mutuelles, assurances...l'économie a besoin d'argent investi à long terme, les fonds de pension c'est l'idéal". - QUATREPOINT "système social à 2 vitesses ?", Bébéar "non, c'est le problème de la solidarité, vis à vis des grands malades, des inactifs tout cela est résolu par un pool, cela on sait faire...on pourrait faire des économies considérables sur la gestion des hôpitaux, il faudrait les dénationaliser, les donner aux collectivités locales ou à des fondations, développer les cliniques privées", il cite le débat - paradoxal à ses yeux - d'un maire socialiste tenant de la privatisation et d'un médecin RPR qui voulait garder les hôpitaux nationalisés. - Quart d'heure d'Albert du ROY "il faut consommer français, c'était un slogan PC d'il y a quelques années, est ce que vous, vous consommez français ?", réponse "ma voiture est européenne (il ne dit pas que c'est une BMW)" et parle de "préférence européenne et permettre en même temps aux autres pays de se développer, c'est un devoir éthique" puis sur le travail aux étrangers "il faut les traiter à égalité avec les Français, toutes les associations d'aide aux immigrés parlent d'immigration sauvage épouvantable, on ne peut le tolérer". - A. du ROY "et les investissements des entreprises françaises à l'étranger plutôt qu'en France ?". - PR Didier PINEAU VALENCIENNE, PDG de Schneider, Jean René FOURTOU, PDG de Rhône Poulenc. - Réponse BÉBÉAR "il y a forcément des entreprises qui font des sottises, d'autres sont condamnées quelquefois à délocaliser pour sauver des emplois en France...la solution est à faire jouer quand l'entreprise risque la mort, c'est là qu'intervient la connivence, cite l'exemple de la Tchécoslovaquie cassant les prix de l'acier "les Européens sont allés voir l'usine tchécoslovaque pour les convaincre de maintenir les prix, il y a eu accord sur les exportations en Europe et en échange on les a aidés à grandir à condition de ne pas baisser les prix". - BÉBÉAR sur la désyndicalisation "j'ai donné à chaque salarié Axa un chèque à donner à l'organisation syndicale de son choix, j'ai dit j'ai besoin de syndicats puissants...les syndicats sont dans un cycle bas, il faut qu'ils remontent, je leur donne une formation économique pour discuter avec nous...des abus syndicaux majeurs en France, non, globalement, sauf dans la fonction publique, les syndicats français sont très raisonnables".A du Roy "le CNPF est il représentatif ?", réponse "en partie...il a un rôle de représentant, à nous d'en tenir compte, la politique de la chaise vide au CNPF est mauvaise". - A du ROY "les échelles de salaire sont elles trop larges ?", réponse "oui, quelquefois, en valeur fixe et insuffisantes en valeur mobile" puis sur son salaire "je ne veux pas répondre parce que ce n'est pas dans la tradition française, je suis riche selon les normes françaises, je ne suis pas sûr de gagner autant que les sportifs ou les stars du show biz". - A du ROY "les revenus du capital sont ils moins taxés que ceux du travail en France ?", "l'investissement à long terme est plus taxé que celui à moyen terme (obligations, etc) et le travail est trop taxé, oui je suis d'accord".

  • Production
  • producteur ou co-producteur
    France 2