Partager
Ajouter Acheter
10 oct. 2010 7883 vues 01h 30min 56s

Premier épisode d'une série documentaire retraçant l'histoire de l'Afrique au XXème siècle. Cet épisode décrit la période entre 1885 et 1944 : la formation des empires coloniaux, l'administration coloniale, le système économique, la participation des... + de détails

Premier épisode d'une série documentaire retraçant l'histoire de l'Afrique au XXème siècle. Cet épisode décrit la période entre 1885 et 1944 : la formation des empires coloniaux, l'administration coloniale, le système économique, la participation des colonies aux conflits mondiaux et la remise en cause de la domination coloniale. Commentaire sur images d'archives, extraits de films, photographies, dessins et gravures, entrecoupé par des interviews.ACTE 1 (1885-1944) : LE CREPUSCULE DE L'HOMME BLANC- A la fin du 19ème siècle, l'Afrique devient l'enjeu d'une rivalité belliqueuse entre les grandes puissances européennes. Ce continent éveille la convoitise des Européens par ses richesses, réelles et imaginaires. L'Europe se saisit de l'Afrique, mais il faut mettre de l'ordre dans cette conquête désordonnée et aboutir à un accord ente colonisateurs. En 1885, à Berlin, les Européens mettent au point les instruments juridiques et diplomatiques qui leur permettront de se partager l'Afrique. Il est admis que toute puissance établie sur les côtes pourra faire valoir ses droits sur l'intérieur des terres à condition que ces nouvelles acquisitions soient notifiées aux autres signataires. Les impérialismes se mettent alors en marche.- En moins de 30 ans, la quasi-totalité de l'Afrique est conquise par les grandes puissances. Cela ne s'est pas fait sans résistance. De nombreux chefs de guerre se sont dressés contre les conquérants. Ces révoltes occupent une place de choix dans l'imaginaire africain. Elles sont source d'inspiration et un encouragement à l'action pour les futurs libérateurs.Au Dahomey, les Français doivent affronter le roi d'Abomey qui refuse de signer le traité proposé. Mais il a sous-estimé l'adversaire et après deux ans de résistance, le roi déchu est exilé avec sa famille.Au Mozambique, le souverain de Gaza résiste à la colonisation portugaise, puis est emprisonné et exilé.Au Somaliland britannique, Mohammad ABDULLAH HASSAN résiste aux Britanniques pendant plus de vingt ans. En Ethiopie, pays symbole de la résistance, le roi MENELIK II réunit une véritable armée. Il écrase les Italiens en 1896 dans la plaine d'Adoua. C'est le seul pays qui n'est jamais devenu une colonie.En Afrique du Sud, les Afrikaners, d'origine hollandaise, sont déjà installés depuis le 17ème siècle. Après avoir combattu les Zulus, ils fondent la République du Transvaal et l'Etat libre d'Orange tandis que les Britanniques installés au Cap prennent possession du Natal. La découverte de l'or au Transvaal relance le conflit entre Afrikaners et Britanniques qui mobilisent une véritable armée. GANDHI participe à cette guerre au sein de l'armée britannique. C'est en Afrique du Sud qu'il élabore ses principes et sa doctrine. La ségrégation frappe déjà la communauté noire qui ne se voit attribuer que 8 % des terres. - De nouvelles frontières sont dessinées de manière arbitraire, sans tenir compte des intérêts de la population, des nationalités. Les colonisateurs anglais contrôlent le pays en se reposant sur les chefs traditionnels. Les Français, plus méfiants à l'égard du pouvoir local, nomment des gouverneurs d'origine française eux-mêmes chapeautés par trois gouverneurs généraux pour les trois fédérations (Afrique Occidentale Française, Afrique Equatoriale Française et Madagascar)A Madagascar, après avoir déposé la reine, le gouverneur GALLIENI organise le pouvoir à sa façon. Il maintient les gouverneurs malgaches qui gèrent la colonisation. Il divise pour mieux régner.Cette politique est utilisée aussi par les Allemands lorsqu'ils rattachent le Rwanda à l'Afrique orientale allemande. Ainsi sont nés les conflits entre Hutus et Tutsis.- Indigène est le mot utilisé pour désigner l'immense majorité de la population. Dans les colonies françaises, il existe un statut de l'indigénat qui énonce une série de devoirs et ne reconnaît aucun droit. L'administration coloniale s'attribue l'exercice de la justice, mais les administrés ne sont pas égaux. L'aspiration des indigènes est de devenir citoyen français. Les Portugais pratiquent la politique de l'assimilation : renoncer à sa culture, ses racines, ses origines pour adopter celles du colon. Evocation du rôle important joué par les missionnaires dans la colonisation. - Dès son arrivée, l'administration coloniale introduit l'argent, les impôts (notion jusqu'alors inconnue). Les impôts doivent être payés en pièces. Les seuls à en avoir sont les colons. Pour obtenir ces pièces, il faut travailler pour eux. Pour rentabiliser la colonisation, les puissances abandonnent leurs droits à des compagnies concessionnaires qui ne respectent pas les obligations auxquelles elles sont tenues. Elles procèdent au travail forcé pour les ouvrages d'utilité publique, mais aussi pour les activités minières.En Afrique du Sud, Cecil RODHES fonda la British South Africa Company et la compagnie diamantaire De Beers.C'est au Congo que le travail forcé atteint son paroxysme. La main d'oeuvre disponible est systématiquement utilisée et châtiée quand les rendements sont jugés insuffisants.Dans le Sud Ouest Africain allemand, des ordres d'extermination sont donnés. La population herero est ainsi décimée au trois quarts. Le génocide est reconnu en 2004.- La Première guerre mondiale qui éclate en Europe est aussi l'affaire de l'Afrique, comme terre de combats et comme réservoir de combattants. Seule la France mobilise ses troupes coloniales sur le front européen. Le recrutement de soldats noirs donne souffle à de nouveaux mouvements prophétiques, comme au Malawi. En Afrique du Sud, les Noirs ne sont pas armés par crainte de les voir reprendre leurs terres.A l'issue de la guerre, des promesses sont faites aux Africains sur leurs conditions mais elles ne sont pas respectées. L'Afrique ne gagne rien pour sa participation à la victoire et demeure sous tutelle européenne.L'Africain commence à douter de la supériorité de l'homme blanc.- Dans l'entre-deux guerres, les colonies s'attachent à mettre en valeur leurs possessions. Le chemin de fer Congo-Océan est construit, faisant de nombreuses victimes. L'économie des colonies repose sur l'exportation de produits bruts et l'importation de produits fabriqués. Chaque région a sa spécialité. Mais la mono-culture appauvrit les sols et fait disparaître les cultures vivrières. Ces cultures ne prennent de la valeur que dans le cadre d'un grand ensemble. En Afrique australe, la même politique de spécialisation est pratiquée mais cela concerne les ressources minières.- Dans les années 1920, les Afrikaners, chassés de leurs terres par une crise agricole, entrent en concurrence avec les Noirs. Les lois ségrégationnistes viennent à leur secours. Ces lois ont posé les jalons de l'Apartheid.Dans les années 1930, le concept de "négritude" apparaît avec SEDAR SENGHOR et Aimé CESAIRE. En Italie, MUSSOLINI veut créer un empire colonial. En 1935, il envahit l'Ethiopie, alors libre. Exilé, le négus Haïlé SELASSIE Ier s'adresse à la SDN et demande de l'aide. - Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Africains participent une nouvelle fois au combat. Après la défaite de la France, Felix EBOUE se rallie à la France libre, suivi par toute l'AEF et le Cameroun. Il est nommé gouverneur de l'AEF. Les colonies sont le creuset de la France libre. Mais les Africains subissent la fracture que vit la France entre la France occupée et la France libre et doivent s'affronter.Avec le conflit, la domination coloniale est remise en question. le Négus revient dans son pays après la victoire des Britanniques sur MUSSOLINI. Son retour redonne confiance à tout un peule et au-delà.A Madagascar, les troupes françaises de PÉTAIN sont vaincues par les Britanniques.En 1942, l'AOF rejoint la France libre. Les troupes coloniales mettent fin à leurs affrontements de part et d'autre Premier épisode d'une série documentaire retraçant l'histoire de l'Afrique au XXème siècle. Cet épisode décrit la période entre 1885 et 1944 : la formation des empires coloniaux, l'administration coloniale, le système économique, la participation des colonies aux conflits mondiaux et la remise en cause de la domination coloniale. Commentaire sur images d'archives, extraits de films, photographies, dessins et gravures, entrecoupé par des interviews.ACTE 1 (1885-1944) : LE CREPUSCULE DE L'HOMME BLANC- A la fin du 19ème siècle, l'Afrique devient l'enjeu d'une rivalité belliqueuse entre les grandes puissances européennes. Ce continent éveille la convoitise des Européens par ses richesses, réelles et imaginaires. L'Europe se saisit de l'Afrique, mais il faut mettre de l'ordre dans cette conquête désordonnée et aboutir à un accord ente colonisateurs. En 1885, à Berlin, les Européens mettent au point les instruments juridiques et diplomatiques qui leur permettront de se partager l'Afrique. Il est admis que toute puissance établie sur les côtes pourra faire valoir ses droits sur l'intérieur des terres à c

  • Emission
  • Afrique(s) une autre histoire du 20ème siècle
  • Production

  • TV5MONDE, Canal France International
  • producteur ou co-producteur
    France Télévisions, Temps noir, Institut national de l'audiovisuel