Partager
Ajouter Acheter
06 août 2002 2219 vues 01min 45s

Dissolution au conseil des ministres du mouvement d'extrême droite Unité Radicale, auquel était lié Maxime BRUNERIE qui avait tiré sur Jacques CHIRAC le 14 juillet. Commentaires sur images d'archives.[Source : documentation France 3] Le mouvement... + de détails

Dissolution au conseil des ministres du mouvement d'extrême droite Unité Radicale, auquel était lié Maxime BRUNERIE qui avait tiré sur Jacques CHIRAC le 14 juillet. Commentaires sur images d'archives.[Source : documentation France 3] Le mouvement d'extrême droite Unité radicale, auquel était lié Maxime Brunerie qui a tiré le 14 juillet en direction de Jacques Chirac, a été dissous aujourd'hui en conseil des ministres au nom de "la protection de l'ordre et de la paix publiques". La dissolution a été prononcée sur proposition du ministre de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales, Nicolas Sarkozy. Unité Radicale aura vécu 4 ans. En 1998, au moment de la cission entre le Front National de Jean Marie le Pen et le MNR de Bruno Mégret, l'organisation revendique 2000 militants. Elle est dissoute aujourd'hui sur la base de la loi de 1936, sur les groupes de combats et milices privées. Motif : provocation à la discrimination en raison de l'origine ou d'une appartenance à une ethnie, une nation ou une religion. SONORE GUILLAUME LUYT : "l'accusation principale porte sur la notion de propagande incitant à la discrimination en raison de la non apprartenance à la nation francaise. Alors nous plaidons coupable : oui nous pensons que la préférence nationale est naturelle et légitime et effectivement nous n'avons aucune raison de nous renier sur ce point là." Unité Radicale espère faire de sa dissolution un tremplin, et renaitre légalement dans quelques mois, sous une forme proche de son organisation actuelle, mais pas identique, pour éviter le délit de reconstitution d'une association dissoute. L'idéologie serait similaire SONORE JEAN YVES CAMUS : "Quand on été dissous dans les années 1960 - 1970 les mouvements "Occident" d'abord et "Ordre nouveau" ensuite, aussitot, sous une autre dénomination, les mêmes militants ont refait surface et on poursuivit leur activités avec une ligne idéologique semblable". La dissolution d'Unité Radicale est symbolique et politique. N'empechera pas la propagation des idées d'extreme droite : internet et une multitude de groupuscules s'en chargent.

  • Emission
  • 19 20. Edition nationale
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    France 3