Une Figure controversée

« Il faut que je comprenne mon ennemi !». Cette phrase qui peut s’appréhender de différentes manières, révèle explicitement la personnalité d’Arafat. Activiste tout d’abord, il s’instruit pour mieux combattre son ennemi. Il sera, en effet, le dirigeant de plusieurs organisations palestiniennes impliquées dans de nombreuses opérations contre Israël. Partisan de la paix ensuite, Yasser Arafat sera l’interlocuteur de Shimon Pérès et d’Yitzhak Rabin dans le cadre du processus de paix israélo-palestinien.

Une jeunesse engagée

Né le 24 Août 1929 au Caire, il est issu d’une famille de notables de Jérusalem. Abder Raouf, son père, est parent du Grand mufti de Jérusalem. Tandis que Zaoua, sa mère, appartient à la famille Abou Saoud qui, selon la tradition, descendrait du prophète Mohammed. Durant ses études d’ingénieur civil, il devient président de l’Union des étudiants palestiniens et prend part en 1956 au conflit qui oppose Israël à l'Egypte. Trois ans plus tard, il crée le Mouvement de libération de la Palestine rebaptisé : Fatah. Cette organisation milite pour la création d’un Etat palestinien qui s’étendrait de la Méditerranée au Jourdain. En 1964, à l’initiative de Nasser, se crée l’Organisation de libération de la Palestine dont la branche politique est le Fatah. 5 ans plus tard, Yasser Arafat en devient le Président du comité exécutif. Dès lors, le combat palestinien revêt un caractère politique et peut ainsi acquérir une légitimité dans le concert des nations.

L’ascension politique

 En 1967, pendant la guerre des Six Jours, Yasser Arafat assoit son leadership politique. C’est ce qui lui permet de lancer sa carrière politique. Cependant la crédibilité du nouveau représentant de l’OLP va être à plusieurs reprises ébranlée en raison des exactions commises par l’OLP. Yasser Arafat adopte, dès lors, une nouvelle attitude, plus pacifiste, en renonçant à la lutte armée. En 1974, c’est en tant que représentant du peuple palestinien que l’OLP obtient officiellement une reconnaissance politique par les Nations Unies et est admise comme membre observateur à l’ONU. La première Intifada de 1988 s’accompagne de la proclamation d’un Etat palestinien. Yasser Arafat en prend la tête. Simultanément, l’OLP va reconnaître l’Etat d’Israël et réaffirmer sa condamnation du terrorisme.

Arafat : acteur de paix.

 Cette nouvelle attitude va se concrétiser par la signature des accords d’Oslo le 13 septembre 1993. L’année suivante, Arafat, Rabin et Pérès reçoivent le prix Nobel de la Paix pour leurs actions en faveur de la paix au proche orient . Un espoir de réconciliation voit alors le jour. Mais un évènement va troubler le processus de pacification : l’assassinat d’Yitzhak Rabin. Une rupture qui va s’amplifier avec la dégradation des relations entre le Hamas et Arafat. Le 11 novembre 2004, Yasser Arafat décède à l’hôpital militaire de Clamart. Depuis la fin des années soixante, il représentait l’espoir de tout un peuple de posséder un territoire.

Rédaction Ina le 19/08/2009 à 11:15. Dernière mise à jour le 19/01/2016 à 11:41.
Politique internationale