USA : Les armes à feu

Redaction Ina le 25/09/2012 à 11:21. Dernière mise à jour le 21/07/2016 à 15:39.
Elections et scrutins Politique internationale Vie sociale
USA : Les armes à feu

Inscrit dans la Constitution des Etats-Unis comme le Second Amendement, le port d’arme divise les américains. Le pays enregistre pourtant 30 000 décès par an par arme à feu. Une violence devant laquelle les hommes politiques semblent impuissants. Ina.fr revient sur la question très sensible des armes à feu outre Atlantique.

Des armes et des larmes

Aux Etats-Unis, le Second Amendement de la Constitution autorise chaque américain à porter une arme. Cette loi est fortement ancrée dans la culture populaire américaine. Aussi, il n’est pas rare d’observer des familles s’entraîner au tir avec des fusils mitrailleurs ou autres armes de poings. Outre cette approche "loisir" du tir, les armes à feu posent un vrai problème de société. 200 millions d’armes sont en circulation, un foyer sur trois en possession d’une arme. Il en résulte un tourbillon de violence : 100 000 personnes sont blessées par armes chaque année aux USA, 30 000 en décèdent.

Tour d’horizon de la question du port d’arme aux Etats Unis avec Ina.fr (playlist).

Ce climat brutal amplifié par une culture violente crée des drames comme ceux de Columbine (porté à l’écran par Michael Moore dans Bowling for Columbine et Gus Van Sant dans Elephant), et, plus récemment, celui d’Aurora lors de la projection du film Batman.

C’est pourquoi cette loi de légitime défense est considérée par certains comme un véritable permis de tuer. Souvent attaqués en justice, les fabricants d’arme ont toujours la même ligne de défense : se sont les individus qui tuent et non les armes.

Un puissant lobbying

Avec plus de quatre millions d’adhérents, la NRA, Nation Rifle Association (puissante association qui encourage le port d’arme dans tout le pays) met un point d’honneur à protéger le Second Amendement. Ses membres estiment que chaque citoyen doit posséder une arme pour se défendre des criminels. Plus qu’une simple association, la NRA constitue l’un des plus grands lobbies américains. A ce titre, elle exerce une certaine pression sur le monde politique.

Ainsi en 2004, Georges W. Bush, dont la NRA a financé la campagne, supprime une loi mise en place par Bill Clinton quelques années plus tôt visant à réduire les ventes d’armes à feu. Quatre ans plus tard, en 2008, la Cour Suprême réaffirme le droit au port d’arme et à une utilisation à des fins de légitime défense.

Le lobby s’est fermement opposé à la réélection du Président Obama, sans y parvenir. Tous les Américains ne sont pas pour autant partisans de la cause et nombreux sont ceux qui tentent de limiter la vente d’armes.

Parmi eux, James Brady, porte parole de Ronald Regan qui fut touché à la tête lors d’un attentat contre le Président en 1981. Aujourd’hui paralysé, il milite pour un contrôle accru des ventes et souhaite instaurer un délai entre le désir d’obtenir une arme et l’achat effectif.