Pour certains, la question n’est plus de croire à la véracité de l’apocalypse mais d’y survivre. Depuis longtemps, les "survivalistes" se préparent à la société de demain : se déplacer constamment, en masse, pour se réfugier dans des camps retranchés quasi paramilitaires. La démocratie sera pour plus tard. Les plus prévoyants entassent or et argent ou toute autre denrée qui pourra servir au troc puisque la monnaie n’aura plus court. Comment vivra-t-on après la destruction du monde ? Où vivra-t-on ? Quel sera le quotidien des rescapés ? Réponse en images.

Un phénomène qui prend racine dans les années 80

Dans les années 80, l’idée de la fin du monde prenait la forme d’un conflit nucléaire mondial ou d’un cataclysme naturel. Au fil des années, l’idée d’un grand bouleversement économique mettant la société à bas, s’est ajoutée au cortège des catastrophes annoncées.

Même le fameux bug de l'An 2000 effraye la Nasa... Certains pessimistes s'organisent déjà pour survivre à l'après bug : ils achètent des groupes électrogènes ou de la nourriture lyophilisée comme au salon survivaliste de Denver au Colorado.

La question essentielle est désormais de survivre et de reconstruire un nouveau monde. Depuis longtemps les "survivalistes" anticipent ce moment et comptent bien être là après…

Pour certains idéalistes, la prière (prière du Soleil), des refuges protégés (Vallée d’Aoste, Bugarach dans les Corbières) ou des protections divines (croix de Dozulé de 7,38 exactement) permettraient de survivre à l’apocalypse.

Le 17 août 1987, dans une grande convergence mondiale et harmonique, 144000 êtres humains devaient se tenir par la main et pousser un long cri pour conjurer les astres qui risquaient de nous plonger dans le néant en 2012, année possible de la fin du monde. 

Quelles que soient les causes qui mettront un terme à l’organisation du monde tel que nous le connaissons, d’autres personnes plus pragmatiques se préparent activement à survivre au cataclysme : entrainement à la survie (apprendre à faire du feu, à chasser, à tirer, à reconnaître les plantes comestibles)

Construction d’abris personnels permettant de survivre plusieurs mois voire plusieurs années (groupes électrogènes, filtre à eau et à air, nourriture lyophilisée, armes, radio etc.)

Un business rentable

Des entrepreneurs et des sociétés ont flairé ce filon très lucratif : projets immobiliers avec bassin d’aquaculture, plantations, production de fruits et de légumes bio. Stock de nourriture pour 5 ans, salles de classes, appartements tout confort etc.

Des petits malins proposent de construire des bunkers à prix d’or. Les cours d’auto-défense et de tir ne désemplissent pas mais aussi les stages de survie ou de méditation.

La période post apocalyptique sera celle de tous les dangers, les vendeurs d’armes l’ont bien compris. Dans ce monde sans lois, chacun tentera de survivre, la violence et le pillage seront de mise. Il faudra défendre ses réserves quitte à tuer ceux qui n’auront pas été assez prévoyants !

Le 21 décembre 2012... encore raté !

Les survivants de 2012 (reportage, envoyé spécial du 22 février 2010)

L'écrivain Bernard Werber à propos de la peur de la fin du monde (2010) "Soit l'apocalypse arrive et dans ce cas là ça ne changera rien car ça m'étonnerait qu'ils s'en tirent, soit elle n'arrive pas et dans ce cas ils perdent leur temps..." (vidéo)

Au cinéma aussi, on psychote...

En 2009, sortie du film La route de John Hillcoat, adapté d'un roman de Cormac MC Carthy, (Vidéo)

En 2012, Take shelter de Jeff Nichols (Tous aux abris), Lorsqu'on est le seul à percevoir les signes de l'apocalypse, l'enfer c'est les autres... (vidéo)

Pour aller plus loin

Apocalypse 2012 

L’apocalypse à la radio : une sélection d’émission radios sur le thème universel de l’apocalypse. (Article)

La fiction audio L’apocalypse est pour demain de Jean Yanne (collection audio)

Apocalypse 2012 : les prophéties Depuis des millénaires, les prophètes annoncent la fin du monde. Des mayas, à Nostradamus, en passant par Saint Jean ou Saint Malachie, l’apocalypse semble irrémédiable. Qu'en pense la science? Ina.fr fait le point sur les grandes prophéties de fin des temps. Prophéties ou inepties ? (Article)

La peur de l’apocalypse  Depuis des millénaires, nombreux sont ceux qui ont annoncé la fin du monde. Dernière prédiction en date, le 21 décembre 2012 a fait  la une de l’actualité et alimenté les spéculations plus ou moins fantaisistes largement relayées par les mouvements apocalyptiques. Pour d’autres, la fin du monde viendra par l’homme lui-même: durant le XXe siècle, la spirale du développement industriel a exacerbé les peurs ancestrales. (Article)

L'apocalypse chez les Shadoks (Série d'animation - Premium)

En 1963 Georges de Caunes joue au "survivaliste" sur l'île déserte de Eyoa, au Nord de l'archipel des Marquises. Il est seul avec son chien et des poules... (Vidéo)

Les stages de survie ont la côte (vidéo, 2016)

survivaliste620
Rédaction Ina le 28/11/2012 à 10:36. Dernière mise à jour le 26/03/2018 à 15:35.
Religion Vie sociale