Assaut allemand et contre attaque soviétique

Eté 1942. Hitler, qui souhaite mettre la main sur le pétrole du Caucase, lance ses troupes sur Stalingrad. Pour ralentir l’offensive allemande, les Russes pratiquent la politique de la « terre brulée ». Mais les hommes du Maréchal Paulus réussissent à atteindre la ville et la bombardent sans relâche. Stalingrad n’est plus qu’un champ de ruine. C’est dans ce décor apocalyptique que vont se dérouler les combats. Chaque rue, chaque maison fait l’objet d’un affrontement. La guérilla s’installe et les Russes se révèlent d’excellents combattants de rue : camouflages, embuscades, et surtout les tireurs d’élites que les soldats allemands redoutent par-dessus tout. Soutenus par leur aviation, les Allemands parviennent à s’emparer des usines Barricades et Octobre Rouge, centres de la logistique russe. L’Armée rouge est morcelée et encerclée. Les semaines passent et l’hiver s’implante. A l’instar de la Grande Armée de Napoléon, les combattants souffrent du froid intense. Le thermomètre enregistre jusqu’à moins 40°C. Dans ces conditions météo extrêmes, les membres gèlent. Les oreilles de certains soldats tombent à même le sol. Les Russes contre-attaquent en novembre. En ciblant les axes de ravitaillements allemands, ils réussissent à leur tour à encercler les hommes de la Wehrmacht. Après plusieurs échecs pour reprendre la situation en main, et, malgré l’interdiction du Führer, le Maréchal allemand Paulus se rend. C’est une première dans l’histoire de l’IIIème Reich. Cette reddition marque la fin des hostilités et la première grande défaite de l’Axe après El-Alamein. Elle annonce aussi la chute du nazisme avec l’attaque deux ans plus tard de Berlin par l’Armée Rouge.

 Un lourd bilan

Après les combats vient le temps des comptes. Le bilan humain est lourd. Plusieurs centaines de milliers de morts sont à déplorer dans chaque camp et la population civile n’a pas été épargnée. Stalingrad demeure l’une des batailles les plus longues et les plus sanglantes de notre Histoire. Aujourd’hui encore, le peuple russe reste marqué par le sacrifice des combattants tombés au front. Le mémorial du Kourgane Mamaïev attire toujours les masses à Volgograd. A l’occasion des commémorations du 70ème anniversaire de la bataille de Stalingrad, la rédaction d’Ina.fr a réuni pour vous plusieurs archives d’époque ainsi qu’une série de témoignages.

Rédaction Ina le 24/07/2012 à 13:45. Dernière mise à jour le 11/04/2015 à 09:39.
Grandes dates Seconde Guerre mondiale