Mettons-nous au vert !

Redaction Ina le 17/12/2006 à 00:00. Dernière mise à jour le 29/05/2017 à 17:01.
Environnement et urbanisme
Mettons-nous au vert !

C'est la journée du développement durable. L'écologie et les considérations énergétiques occupent le devant de la scène : Réchauffement de la planète, baisse des réserves d'hydrocarbure… sont autant de thèmes préoccupants. Alors prenons-nous en main pour préserver notre planète ! 

De la vulnérabilité des ressources

Rappelez-vous, le 4 novembre 2006, une panne d'électricité d'une heure privait de courant quelque cinq millions de Français ainsi qu'une partie de l'Allemagne et de l'Italie. Cet incident mettait en avant les insuffisances et la fragilité des systèmes énergétiques traditionnels et du Réseau de Transport d'Electricité (RTE). Par la suite, la conférence européenne sur l'énergie a façonné une politique commune à l'UE en matière de sécurité de l'approvisionnement en gaz et en pétrole. C'est dans ce contexte et pour pallier ces faiblesses que se développent les recherches et initiatives en faveur des énergies renouvelables.

Des énergies en plein essor

L'épuisement des sources traditionnelles d'énergie et l'impact de leur utilisation sur l'environnement ont poussé les recherches en direction des énergies dites renouvelables. Ces dernières utilisent des flux inépuisables d'énergies naturelles (vent, soleil, eau, biomasse…). Cependant, ces énergies « propres » ne couvrent pour l'instant que 20% de la consommation mondiale d'électricité.

Les Français sont concernés

Interrogés en mai 2004 pour une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie ), 98% des Français plébiscitent le développement des énergies renouvelables. 96% reconnaissent qu'elles sont bénéfiques pour l'environnement. Elles sont par ailleurs considérées comme une source d'avenir par 80% des personnes interrogées. Enfin, 78% des interviewés estiment que les gestes individuels (préférer la douche au bain, éteindre les lumières inutiles, modérer sa vitesse de conduite…) contribuent à lutter contre l'effet de serre. Les Français sont donc enthousiastes ! Mais le recours à ces énergies plus propres reste anecdotique. Est-ce un problème de coût, d'impulsion politique ?

Quelle politique française ?

Le ministère de l'Ecologie l'affirme : les énergies renouvelables font partie des axes majeurs de sa politique énergétique. C'est le sens des nombreuses initiatives prises en 2005 : mise en place pour les particuliers du crédit d'impôt à taux majoré, loi POPE (Programmes des Orientations de la Politique Energétique) du 13 juillet 2005 qui fixe des objectifs quantitatifs pour 2010 ou encore plan biocarburants. Paradoxalement, si la France est le premier producteur d'énergies renouvelables de l'Union européenne, ces ressources ne représentent que 6% de sa consommation totale, ce qui place le pays au onzième rang.