Maria Callas ou l’éternelle diva

Redaction Ina le 16/09/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 15/12/2017 à 09:37.
Musique
Maria Callas ou l’éternelle diva

Maria Callas s’éteignait dans son appartement parisien le 16 septembre 1977, à l’âge de 53 ans. Diva absolue de l'opéra, elle a marqué ses rôles d'une empreinte indélébile. A l'occasion de la sortie du documentaire de Tom Volf en salles, hommage à la plus grande cantatrice du XXe siècle à travers une biographie et une sélection de vidéos.

La Callas, à propos de son interprétation de Medée dans le film de Pier Paoli Pasolini: "J'avoue je ne m'aime pas, ni comme femme, ni comme beauté, ni comme voix...". 1970

Entre Grèce et États-Unis

Née à New York le 2 décembre 1923, Maria est la fille d'un couple grec venu tenter le rêve américain. Bercée dans un milieu musical, Maria chante par dessus les enregistrements de ses interprètes préférés sous le regard attentif de sa mère. Après plusieurs années de tensions, les époux se séparent. Maria, sa mère et sa sœur Jackie quittent les Etats Unis en 1937 et retournent en Grèce s’installer à Athènes. Elle étudie alors le piano et le chant avant d'intégrer le Conservatoire d'Athènes. La voix de l’adolescente ne laisse pas indifférents ses professeurs. C’est le cas d'Elvira de Hidalgo qui la prend sous son aile et qui lui offre ses premiers rôles. Maria n’a que 17 ans. Cinq ans plus tard, en 1945, elle revient à New York pour poursuivre sa carrière. Elle y trouve l'engagement qui la fera connaître.

Entre Grèce et États-Unis

Née à New York le 2 décembre 1923, Maria est la fille d'un couple grec venu tenter le rêve américain. Bercée dans un milieu musical, Maria chante par dessus les enregistrements de ses interprètes préférés sous le regard attentif de sa mère. Après plusieurs années de tensions, les époux se séparent. Maria, sa mère et sa sœur Jackie quittent les Etats Unis en 1937 et retournent en Grèce s’installer à Athènes. Elle étudie alors le piano et le chant avant d'intégrer le Conservatoire d'Athènes. La voix de l’adolescente ne laisse pas indifférents ses professeurs. C’est le cas d'Elvira de Hidalgo qui la prend sous son aile et qui lui offre ses premiers rôles. Maria n’a que 17 ans. Cinq ans plus tard, en 1945, elle revient à New York pour poursuivre sa carrière. Elle y trouve l'engagement qui la fera connaître.

La consécration en Italie

Grâce au chef d'orchestre italien Tullio Serafin, la soprano fait ses débuts sur une scène internationale à Vérone en 1947 dans La Gioconda de Ponchielli. Le triomphe est au rendez vous : la critique ne tarie pas d’éloges sur les performances de la jeune cantatrice. L’amour l’est aussi : c’est à Vérone la même année qu'elle rencontre son futur mari, Giovanni Battista Meneghini, un riche industriel italien. La carrière de Maria Callas prend alors tout son essor. Elle triomphe en 1951 à la Scala de Milan, puis se produit sur les plus grandes scènes du monde, remettant au goût du jour le bel canto et renouant avec la tradition du grand opéra italien à travers des rôles phares : Norma, La Traviata ou Tosca.

Le mythe Callas

Abordant tous les rôles du répertoire, elle maîtrise parfaitement ses partitions et incarne ses personnages avec une vraisemblance dramatique inconnue jusqu'alors. En effet, diva n’a pas seulement un talent vocal, elle est aussi une grande tragédienne qui met un point d’honneur à la mise en scène et à l’interprétation. Callas devient la soprano la plus célèbre de son siècle. La renommée de La Callas tient aussi à des raisons extra musicales : liaison puis rupture fracassante avec le richissime armateur grec Aristote Onassis, divorce avec Meneghini, annulation d'une représentation en présence du Président de la République italienne, rivalité avec la soprano italienne Renata Tebaldi, les coups d'éclat de La Callas font la une de la presse.

La fin d'un règne

Retirée de la scène à partir de 1970, Maria Callas se tourne vers l'enseignement. Elle fait également une incursion dans le cinéma et incarne Médée dans le film de Pasolini. Entre 1973 et 1974, elle donne une ultime série de récitals. Mais la voix n'est plus là et elle doit se rendre à l'évidence : elle ne chantera plus. "J'ai perdu ma voix, confie-t-elle à sa sœur, il ne me reste plus qu'à mourir." 

Elle décède le 16 septembre 1977 dans son appartement parisien du 16e arrondissement où elle vivait recluse depuis plusieurs années. C'était le 16 septembre 1977 : la voix s'éteignait, pas la légende.
 

Pour aller plus loin

calles620

Pack Trois nuits avec Maria Callas (entretiens audio, Maria Callas offre sa "Leçon de vie" à Micheline Banzet-Lawton, 1977). 

Grande nuit de l'Opéra, 19 décembre 1958 (audio)