Marguerite Duras, l'insaisissable

Redaction Ina le 01/04/2014 à 13:49. Dernière mise à jour le 18/02/2016 à 17:49.
Art et Culture Cinéma Littérature
Marguerite Duras

Le 3 mars 1996 s'éteignait l’une des plus grandes plumes du XXe siècle, Marguerite Duras. Écrivaine d’abord associée au Nouveau roman, elle s’émancipe et livre une œuvre personnelle et inclassable bousculant toutes les conventions littéraires connues. Portait d’une femme libre.

duras312

Une jeunesse indochinoise (1914-1950)

Marguerite Duras, de son vrai nom Marguerite Donnadieu naît le 4 avril 1914 à Gia Dinh près de Saïgon. Orpheline de père, la fillette passe toute son enfance au Vietnam dans le delta du Mékong avec sa mère et ses deux frères.

Les lieux de marguerite Duras, 1976

En 1932, son baccalauréat en poche, la jeune fille quitte Saïgon pour la France où elle poursuit ses études de Droit. Elle obtient sa licence en 1933, année où elle rencontre également celui qui va devenir son premier époux : Robert Antelme. Pendant la Seconde guerre mondiale, un nouvel homme entre dans sa vie : Dionys Mascolo.

Il se lie d’amitié avec Antelme et intègre avec lui la Résistance. Marguerite s'inscrit quant à elle au Parti Communiste Français.

Marguerite Duras et la Résistance, 1998

Robert Antelme est arrêté puis déporté à Dachau en 1944, il en reviendra très amoindri.

Livre de Robert Antelme : l’espèce humaine

Durant cette période troublée, la jeune femme édite ses premiers romans ("Les Impudents", "La Vie tranquille").

En 1947, Marguerite Duras divorce et épouse en secondes noces Dionys Mascolo. Leur fils prénommé Jean naît la même année. C’est également à cette époque qu’elle écrit le roman autobiographique qui va lui apporter la renommée "Un Barrage contre le Pacifique".

 Un Barrage contre le Pacifique, 1955 (audio)

Une auteure boulimique (1950-1968)

A partir des années 50, Marguerite Duras, dans un premier temps assimilée au Nouveau roman, produit une œuvre personnelle d’une grande modernité au style inimitable (déstructuration des phrases, des personnages, de l'action et du temps).

En 1955, Raymond Barthe la reçoit pour la sortie de son recueil de nouvelles "Des journées entières dans les arbres" 

Des journées entières dans les arbres, 1955 (audio)

Elle bouscule les conventions romanesques en lui insufflant un style passionné. Dans ce document elle évoque sa passion de l’écriture.

L'écriture, 1984

Son roman "Le Square", édité en 1955, est adapté pour la radio en 1957.

Le square, 1957 (audio)

"Moderato Cantabile" confirme son talent auprès des lecteurs et de la critique en 1958.

Moderato Cantabile, 1960 

C’est également à cette période que le cinéma s’empare de ses livres : "Barrage contre le Pacifique" est porté à l’écran par René Clément

Raymond Queneau à propos du film , 1958

ainsi qu’ "Hiroshima mon amour" d'Alain Resnais dont elle adapte les dialogues.

Emmanuelle Riva, 1959

Bien qu’attirée par le septième art, elle décrit ici sa méfiance face aux adaptations d’œuvres romanesques à l’écran« qui corrompent le phénomène de la lecture ».

Adaptations cinématographiques de roman, 1966

De 1960 à 1967, l’auteure est membre du jury Médicis. Politiquement marquée à gauche malgré l'abandon de sa carte de membre du PCF, elle milite activement contre la guerre d'Algérie.

Cultivons l’insolence 1973 (audio)

Parallèlement, Marguerite Duras poursuit la diversification de ses activités. Pour le cinéma, elle adapte son roman "La Musica" et travaille avec Jean-Pierre Melville 

Tournage de "La Musica", 1966

Au théâtre, elle crée la pièce "L'Amante anglaise", mise en scène par Claude Régy.

Interviews des comédiens, 1982

Active dans les évènements de mai 1968, elle prône la liberté.

La jeunesse, 1966

Des mots et des images (1968-1984)

Désormais, littérature et cinéma s’incluent mutuellement dans son processus créatif. En 1969, elle écrit "Détruire, dit-elle" qu’elle adapte immédiatement au cinéma.

Détruire, dit-elle, 1969

Trois ans plus tard, en 1972, elle tourne dans sa maison : "Nathalie Granger".

Jeanne Moreau à propos de ce film, 1973

Marguerite Duras travaille sans relâche : "India Song", "La Femme du Gange"…

La femme du Gange, 1974

En 1973 "India Song" est adapté au théâtre et sur grand écran. (Sorti en salles en 1975).

India song, 1975

La reconnaissance (1984-1996)

Les années 80 sont tout aussi prolifiques avec "Savannah Bay"

Savannah, c’est toi, 1984

"La Maladie de la mort" et en 1984, son autofiction "L'Amant" qui obtient le prix Goncourt

Prix Goncourt 1984

Le roman est porté à l’écran par Jean-Jacques Annaud en 1992.

L’amant adapté au cinéma, 1992

En 1985, Marguerite Duras se lance dans l’adaptation théâtrale de "La Musica deuxième" au théâtre Renaud-Barrault.

Mise en scène de Musica 2, 1985

Elle explique la proximité de ses personnages de théâtre et de roman

Personnage de théâtre et de roman, 1985

Toujours éprise d’écriture, elle évoque ici sa passion avec trois lycéennes très intimidées et fascinées.

Entretien avec trois lycéennes, 1984

L’alcool et le silence (1985-1996)

Les dernières années de sa vie ressemblent à une réclusion volontaire dans sa maison de Neauphle-le-château.

Sa maison, 1976

La femme se perd dans l’alcool, mais l’écrivain continue à créer malgré sa santé déclinante. Marguerite Duras a désormais des difficultés physiques pour écrire. C’est dans cette période difficile qu’elle rencontre celui qui va devenir son assistant, son amant et son dernier compagnon : Yann Andréa Steiner. Il lui redonne le goût d'écrire. Elle lui dicte ses textes, il les retranscrit.

Yann Andréa revient sur cette période, 1999

Porté par ce nouvel élan, elle publie quatre ouvrages entre 1991 et 1995 : "L'Amant de la Chine du Nord" (1991)

L'Amant de la Chine du Nord, 1991

"Yann Andréa Steiner" (1992), une ode à celui qui partage sa vie , "Ecrire" (1993) et enfin "C'est tout" (1995).

En 1999, son compagnon revient sur leur coopération amoureuse et littéraire.

Yann Andréa à propos de son amour pour Marguerite Duras, 1999

Marguerite Duras s’éteint le 3 mars 1996, à l’âge de 82 ans, à son domicile de St Germain des Près.

Mort de Marguerite Duras, 1996

Pour aller plus loin : 

Marguerite Duras à la radio (entretiens, interviews et œuvres)

Un barrage contre le pacifique (fiction radiophonique) - 1955

L'après-midi de monsieur Andesmas (fiction radiophonique) 1965

India Song (fiction radiophonique)  - 1974