La grande vadrouille…

Le 27 janvier 1983, la France est en deuil. Elle vient de perdre l'une de ses grandes figures cinématographiques. Mais avant d'être le comique préféré des Français dans les années 60, Louis de Funès a connu un début de carrière plus que laborieux. Né avec la première guerre mondiale, le 31 juillet 1914, il enchaîne les boulots : comptable, dessinateur industriel, photographe, pianiste de jazz dans les bars.

Louis de Funès évoque ses débuts, 1978

C'est sans doute inspiré par les tenanciers d'un des bars où il se produit qu'il s'inscrit en 1942 aux cours de théâtre René Simon.

Louis de Funès revient sur sa carrière et son succès sur France Inter. 1966 (audio)

Son objectif : devenir acteur bien sûr.

Louis de Funès : sketch des cloches, 1953

La longue traversée…

A la faveur d'heureuses rencontres (Daniel Gélin, Sacha Guitry), il fait de la figuration au théâtre et au cinéma. Longtemps abonné aux seconds rôles, il lui faut attendre 1956 et "La Traversée de Paris" pour obtenir un début de reconnaissance.
Au début des années 60, ses pitreries, son humour, sa personnalité haute en couleur mais surtout son acharnement sont enfin récompensés. Grâce à la pièce de théâtre "Oscar"et le film "Pouic-Pouic" sa carrière est lancée… à 50 ans passés !
S'enchaînent alors les succès : "Fantomas" et ses trois opus, "Le Corniaud", "La Grande Vadrouille" qui totalise plus de 17 millions d'entrées. Un exploit rarement égalé.

Tournage de Fantômas, 1965

Le prestige de l'uniforme…

Une fois son personnage de trublion irascible, autoritaire et comique en place, Louis de Funès navigue de films en succès usant de ses légendaires borborygmes et crises de colère. Fidèle dans son jeu d'acteur, il l'est aussi envers ses réalisateurs. 
Fort des ces premières réussites, l'acteur décide de n'articuler sa carrière qu'autour de quelques grands noms du cinéma : Gérard Oury et Jean Girault, entre autres. 
C'est d'ailleurs ce dernier qui lui offre le rôle anthologique de l'inspecteur Cruchot dans la série des populaires "Gendarmes".

Tournage des gendarmes, 1964 (document muet)

Et leur collaboration de se poursuivre avec "La Soupe aux choux" puis "L'Avare", l'adaptation de la pièce de Molière. Parallèlement, Louis de Funès tourne "La Folie des grandeurs", "Les Aventures de Rabbi Jacob" avec Gérard Oury, et "L'Aile ou la cuisse" et "La Zizanie" avec Claude Zidi.

Tournage de Rabbi Jacob, 1973

Oscar !

Parce que son plus grand désir d'acteur, "c'est de faire des films destinés à faire rire les enfants et les parents à la fois dans ce monde trop triste !", Louis de Funès, le champion incontesté du box-office français des années 60/70, est récompensé d'un César d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière. Il reçoit cette distinction des mains de Jerry Lewis seulement trois ans avant sa mort.

defunes312

Louis de Funès en 17 vidéos (playlist)

Pour aller plus loin : 

Louis de Funès, entretien avec Macha Béranger sur France Inter. 1981 (audio)

Louis de Funès dans la pièce "Un tramway nommé désir". 1949 (audio)

Rédaction Ina le 24/01/2008 à 00:00. Dernière mise à jour le 23/01/2018 à 19:11.
Cinéma