Les Cinq dernières minutes

Redaction Ina le 06/11/2006 à 00:00. Dernière mise à jour le 08/10/2015 à 16:13.
Téléfilms et Dramatiques Intrigues policières
Les Cinq dernières minutes

Première série policière française, «Les cinq dernières minutes» tiendront les téléspectateurs en haleine de 1958 à 1996. Retrouvez les fameuses enquêtes de l'inspecteur Bourrel et son célèbre «Bon Dieu, mais c'est bien sûr»!

Les spectateurs enquêtent

Le 1er janvier 1958, à 20h15 précises, les téléspectateurs assistent à la naissance de la première série policière française : « Les cinq dernières minutes ». Lors de ce premier épisode, qui s'intitule « La clé de l'énigme », le commissaire Bourrel – interprété par Raymond Souplex – doit enquêter sur un meurtre commis lors d'un réveillon. Cinq minutes avant la fin, il convie deux spectateurs à deviner qui est l'assassin en leur permettant de revoir trois scènes précédemment jouées.

Bon Dieu, mais c'est bien sûr !

La complexité du dispositif des « Cinq dernières minutes » entraînera quelques ratés, comme lorsque la comédienne Janine Crespin est en retard pour rejouer sa scène… Le réalisateur Claude Loursais décide donc de supprimer le principe d'émission-jeu et de se concentrer sur l'élaboration d'une dramatique policière simple. Au cours des dernières minutes fatidiques, le commissaire Bourrel se contentait de lancer son traditionnel « Bon Dieu, mais c'est bien sûr ! », et d'expliquer tout haut les conclusions de l'enquête.

Enquête sociale

Dès les premières diffusions, la série est largement plébiscitée par le public. Cet engouement s'explique tout d'abord par l'efficacité de sa formule : un mort (pas 2, ni 3 sinon l'attention se disperse) et un assassin (il ne doit s'agir en aucun cas d'un suicide, ou le spectateur se sentirait lésé) par épisode. Mais si le programme rencontre une telle frénésie, c'est aussi grâce à son aspect documentaire. En effet, « Les cinq dernières minutes » proposent aux téléspectateurs un immersion dans des milieux professionnels et sociaux à chaque fois différents. Véritable miroir de la société, l'émission les emmène tour à tour à la Halle de Rungis, dans une agence matrimoniale, au cœur du quotidien des taxis ou du milieu de la presse…

Diffusé jusqu'en 1996

En 1972, Raymond Souplex décède au beau milieu du tournage de « Gros pépin dans le chasselas ». Si le réalisateur réussit à terminer l'épisode en transférant l'enquête à un juge d'instruction, la question de la poursuite de l'émission se pose très sérieusement. Claude Loursais n'envisage pas de remplacer son héros. Pourtant, les attentes des téléspectateurs et de la chaîne auront raison de ses doutes et les « Cinq dernières minutes » vont se prolonger jusqu'en…1996 !
Trois commissaires succéderont à Bourrel : Le Carré en 1974 (Christian Barbier), Cabrol de 1975 à 1992 (Jacques Debary) et Massard de 1992 à 1996 (Pierre Santini).