Les 80 ans de l’Orchestre national de France

Redaction Ina le 07/01/2014 à 16:14. Dernière mise à jour le 11/04/2015 à 10:57.
Art et Culture Musique Médias

L’Orchestre national de France fête ses 80 ans. Créé en 1934 par la radio nationale, cet écrin de virtuoses permet à la musique française de rayonner à travers le monde. Découverte de ce joyau musical unique.

La radio crée son orchestre

Au milieu des années 30, la radio souhaite proposer de la musique vivante à ses auditeurs mais un obstacle de taille l’en empêche : le mode de diffusion d’alors, le disque 78 tours. Chaque face du support ne contient que trois minutes d’enregistrement et ne permet pas de programmation fluide et continue.

Une idée révolutionnaire germe alors dans l’esprit du ministre des Postes Jean Mistler et des responsables de la radio publique : créer un orchestre maison qui jouera et sera diffusé en direct.

Jean Mistler : la création de l'orchestre, 1984

L’Orchestre national de France voit le jour le 18 janvier 1934, Désiré-Émile Inghelbrecht le dirige.

Témoignage de la création, 1954. (audio)

En 1972, la veuve d’Inghelbrecht, le premier chef d’orchestre à diriger cet ensemble revient sur cette aventure.

Témoignage de madame Ingelbrecht, 1972 (audio)

L’ensemble orchestral est financé par la redevance. Cette pérennité des revenus permet la rémunération de musiciens permanents et évite les deux écueils des orchestres similaires de l’époque : la pratique désastreuse des remplacements et l’insuffisance des répétitions.

André Jouve : la création de l'Orchestre National de France, 1987 (audio)

La Rolls des orchestres

Dès sa fondation, cet outil prestigieux cultive une certaine tradition de la musique française. Les artistes, libérés des préoccupations matérielles, s’adonnent sans entraves à leur passion musicale « le mariage de la virtuosité individuelle avec l’ensemble symphonique ».

Lorin Maazel évoque le caractère de l’orchestre, 1994 (audio)

Henri Barraud et Jean Martinon (directeur de l’orchestre de 1968 à 1973), reviennent sur la spécificité unique de ce « collectif super luxe ».

 Histoire de l'Orchestre national de France, 1984 (audio)

Un outil de création

La formation se produit environ 70 fois par an à Paris (au Châtelet, au Théâtre des Champs-Élysées). Les créations de l’orchestre font souvent sensation, en particulier dans le répertoire contemporain : « Le soleil des eaux » de Pierre Boulez, « Turangalîla  symphonie » d’Olivier Messian ou encore le fameux « Déserts » de Varèse qui scandalisa le public en 1954.

Scandale de Varèse

Plus récemment, les œuvres de Dutilleux, à l’instar de « Timbres » en 1978, ou « L’arbre des songes » interprété par Isaac Stern au violon solo en 1985.

Playlist audio d’œuvres « les 80 ans le l’Orchestre national »

La diffusion du patrimoine musical

La magie de la radio propulse les accords dans tous les foyers français. Emmanuel Rosenthal évoque ce retentissement exceptionnel dans cette interview de 1994.

 Emmanuel Rosenthal, 1994

Les concerts sont diffusés sur deux chaînes principales qui deviendront plus tard France Musique et France Culture. L’offre musicale s’étoffe d’un orchestre philarmonique, d’un Chœur et d’une Maîtrise. En 1966, l’émission "Micros et caméras" pénètre dans les coulisses de l’Orchestre national de France.

Micros et caméras, 1966

Les ambassadeurs musicaux sillonnent également le monde entier. André Cluytens, directeur entre 1951 et 1960 évoque une tournée en URSS.

André Cluytens,1959

En 1962, tout l’orchestre s’envole pour les États-Unis.

Départ pour les USA, 1962

En 1993, Charles Dutoit, à la tête de l’O.N. entre 1991 et 2001, se souvient avec émotion de ses premiers contacts avec l’orchestre au festival de Montreux en Suisse.

L'histoire de l'Orchestre National de France, 1993 (audio)

Des chefs talentueux

Le prestigieux orchestre attire des chefs d’orchestres de renom. Dès 1934, Ingelbrecht donne la part belle aux compositeurs français. André Gabry, 2e solo basson se souvient de la direction des solistes par le maître.

André Gabry d’Ingelbrecht

Après lui viendront des grands noms comme Manuel Rosenthal (1944 à 47) et Roger Désormière (1947-51),

Désormière vu par Georges Auric 2000 (audio)

En 1960, Maurice Le Roux

Maurice Le Roux, 1967

puis en 1962, Charles Munch prennent le relais.

Munch évoque son travail de chef d’orchestre, 1964

En 1968, Jean Martinon poursuit dans la même veine.

Son souci de remplir les salles (audio)

L’orchestre connait un renouveau avec Lorin Maazel en 1977, puis Charles Dutoit à partir de 1991

Maazel en 1994 (audio)

Kurt Mazur impulse sa fougue créatrice entre 2003 et 2008.

Ce qu’il ressent avant un concert, 2007 (audio)

En 2008, Daniele Gatti reprend le flambeau de main de maître.

Gatti, la direction d’orchestre, 2007 (audio)

En se renouvelant constamment l’Orchestre national de France nous promet encore de belles heures de musique radiophonique.

chefs-2

Les grands chefs : Ingelbrecht, Le Roux, Martinon, Maazel et Munch