Le Vendée Globe

Redaction Ina le 25/10/2012 à 11:17. Dernière mise à jour le 07/11/2016 à 17:23.
Sport Voile
Le Vendée Globe

Le Vendée Globe entame sa deuxième journée sur les flots. Après quatre ans d’attente, les meilleurs skippers actuels concourent pour un périlleux tour du monde à la voile par les trois grands caps. Ina.fr revient sur les temps forts des précédentes éditions.

 L'"Everest de la mer"

Tous les quatre ans a lieu le Vendée Globe, un tour du monde à la voile, d’Ouest en Est, par les trois grands caps : Bonne Espérance, Leeuwin et Horn. Il débute et s’achève aux sables d’Olonne, qui devient pour un week-end, la capitale des amoureux de la voile. 
L'idée de cette compétition est née à la fin des années 80 à l’initiative du navigateur Philippe Jeantot

La course du siècle, le Vendée Globe Challenge, stade 2.

La première édition a eu lieu en 1989 avec 13 skippers.

Les intérieurs de bateaux, Thalassa, 1989.

Elle sera remportée, après 109 jours de mer, par Titouan Lamazou à bord de l’Ecureuil d'Aquitaine II. 

Arrivée Titouan Lamazou, vainqueur de la première édition du Vendée Globe.

Au fil des années, la course s’est professionnalisée, a grandi, pour devenir la référence en matière de course à la voile. De par sa difficulté, on l’appelle parfois l'"Everest de la mer". 

1993. Arrivée d'Alain Gautier, vainqueur du deuxième Vendée Globe.

Rétrospective : héros du Vendée Globe, 1997.

2000. Vendée Globe : liaison par webcam avec Ellen Mc Arthur.

Arrivée de Michel Desjoyeaux, vainqueur de la quatrième édition du Vendée Globe, 2001.

L'arrivée d'Ellen Mac Arthur.

Arrivée de Vincent Riou, vainqueur de la cinquième édition du Vendée Globe Challenge, 2005.

Michel Desjoyeaux remporte la 6ème édition du Vendée Globe, 2009.

Portrait de Samantha Davies, troisième du Vendée Globe Challenge 2009.

La course de tous les dangers

Cette épreuve sportive passionne les foules car elle est exigeante et haletante.

Titouan Lamazou et Loïck Peyron à propos de leur aventure.

Elle se déroule en solitaire, sans escale et sans assistance. Les concurrents doivent rester autonomes en toute circonstance. 

Reportage rétrospectif sur les naufrages durant la course en solitaire du Vendée Globe depuis sa création.

Lors de l'édition de 1992, Bertrand de Broc s'est recousu la langue à l'aide d'un miroir, soutenu par les conseils par telex du docteur Chauve, médecin de la course.

Jean-Yves Chauve explique les consignes qu'il a donné au navigateur par telex afin que ce dernier se recouse la langue.

En 2000, Yves Parlier a du effectuer une réparation sur son bateau, en s'abritant dans une crique.

Après avoir remâté, toujours sans assistance, il est reparti en mer. 

Entrée dans les 40e rugissants, 2000.

Une seule entorse au règlement est autorisée : le sauvetage d’un autre concurrent en danger de mort. En cas de naufrage, il est possible de se dérouter et d’accueillir à son bord une personne en difficulté, sans être disqualifié.

En 1996, lors de la troisième édition, Raphaël Dinelli se retourne, victime de vents violents.

Il est récupéré in extremis par le britannique Pete Goss. 

Quelques heures plus tard, Thierry Dubois et l'Anglais Tony Bullimore subiront le même mauvais sort. Ils seront, eux, sauvés par les secours australiens. 

François Gabart, 29 ans, remporte en 2013 la 7ème édition sur Macif en 78 jours.

Portrait du jeune navigateur.

Il bat ainsi 2 records : le Charentais devient le premier navigateur à réaliser un tour du monde en moins de 80 jours sur un monocoque. Il est aussi le skipper le plus jeune à avoir remporté la course. 

Il commente sa course après son arrivée.

Pour aller plus loin

Le site officiel du Vendée Globe

Le vainqueur 2012 : François Gabart