Le Slow Movement

Redaction Ina le 02/05/2011 à 11:53. Dernière mise à jour le 19/06/2017 à 15:21.
Gastronomie Vie sociale
Le Slow Movement

A l'occasion de la journée internationale de la lenteur (Slow Food et Slow Life), découvrez ce mouvement lancé en 1986, par l'Italien Carlo Petrini, en réaction à l'ouverture d'un MacDonald, place d'Espagne, à Rome. Décélérez votre rythme et prenez le temps de regarder ces vidéos où l'on prône le charme de la lenteur.

slow-food-620

"Une nourriture bonne, propre et juste pour tous"

Ils sont 100 000 à travers le monde à brandir un escargot contre la malbouffe. Le "slow food" a été fondé en 1986, par Carlo Petrini, en réaction à l'ouverture d'un MacDonald, place d'Espagne, à Rome. Opposé à la culture fast-food, il cherche ainsi à encourager les plaisirs de la table, les produits du terroir et surtout le fait de prendre le temps...

Bien vite, sa "philosophie" fait des émules dans d'autres domaines: villes, mode, jardinage, argent, voyage... On parle alors du mouvement "slow". Retour en images sur ce phénomène de société.

Le "slowfood", gardien du goût

Le "Slow Movement" pour jouir de plaisir

C'est un mouvement de résistance planétaire. Avec un escargot pour emblème. "Slow Food" oppose l'éloge de la lenteur à la frénésie du monde. L'association rassemble des gastronomes du monde entier. Paysans, cuisiniers, citoyens, ils militent pour faire du plaisir de manger un projet d'avenir avec une devise : "une nourriture bonne, propre et juste pour tous".

Premier congrès à Paris de l'association italienne "Slow food", qui s'oppose à la culture du fast-food, à la standardisation des goûts et défend la biodiversité alimentaire. Reportage et interview de Gabriele Sionini, représentant de l'association "Slow Food".

Premier congrès Slow food, 1989

Reportage en Toscane où le maire de Greve in Chianti a décidé, dix ans plus tôt, de faire face aux fast-food en créant le "slow-food", le respect des bonnes choses et des traditions. Le point sur cette initiative.

En 2001, portrait de l'association internationale "Slow Food", groupe de pression qui se bat pour la philosophie du bien manger et la défense de la tradition culinaire, ainsi que pour la découverte de saveurs et de produits.

Portrait de l'association slow food réunie à Tain l'Hermitage, 2001

Le slow food en Italie, 2002

2004. L'obésité progresse en France, et particulièrement en région Paca. Une association "Slow food" lutte contre la malbouffe et les fast-food.

Slow food en Paca, avec l'Arche du goût en 2004

En 2005, Patrice Van Erseel vient présenter son Livre de l'essentiel qui dépeint le monde de demain, plus qualitatif où s'éveiller, s'alimenter, manger (slow food), consommer, méditer seront le credo d'une nouvelle société.

Le Livre de l'essentiel de Patrice Van Erseel, 2005

Portrait de ces gastronomes italiens qui rêvaient de mettre un escargot dans nos assiettes... 82 000 membres en 2006 et une extension mondiale, le mouvement bénéficie même de sa propre université internationale.

Aux sources de slow food, 2006

Reportage consacré au "Slow Food", avec les interviews de Mike Tommassi, secrétaire général de "Slow Food France" et de Dominique Valladier, cuisinier du lycée "Lempéri" de Salon de Provence, ainsi qu'avec le témoignage d'une élève.

Le Slow Food, 2006

En réaction à la frénésie du fast food qui standardise les goûts, le mouvement Slow Food se pose en dissident : il aide le consommateur à devenir un gastronome averti. Ex pizzaiolo, Alain Lemire s'est converti au concept du "Slow Food" il y a 14 ans à Montargis. Son restaurant "Oh Terroir" est un succès, comme les 2 établissements en restauration rapide qu'il a créé, les "Fast Good", en réaction aux "fast food", qui représentent la malbouffe. Sa cuisine est une cuisine de terroir, et ses producteurs (de préférence bio) sont des agriculteurs locaux. Mais pour lui, le slow food est aussi une philosophie.

Le Slow Food, une autre manière de profiter de la gastronomie, 2013

"Aller doucement n'empêche pas d'arriver"... La Slow Life.

Chaque année fin avril début mai, les fées de la paresse élisent domicile le temps d'un week-end à Landujan. Elles endorment le village d'un coup de baguette magique et le rythme de vie des habitants se ralentit. C'est la fête de la lenteur, au sein de laquelle chacun se doit de paresser et de prendre Le temps de vivre.

Journée de la lenteur, 2005

"Ne rien faire mais le faire à fond" c'est la devise de la journée de la farniente organisé par le parc de la folie Finfarine. Certains adeptes y reviennent tous les ans pour s'allonger tranquillement à l'ombre des arbres. Ne rien faire, ou se faire masser de la tête aux pieds, assister à une course d'escargots, c'est le programme "chargé" de la journée...

Journée de la farniente au parc de la folie de Finfarine, 2005

En 2010, à Wagrain , près de Salzbourg, en Autriche se réunissait le "Slow food, slow cities", un mouvement appelant à un ralentissement de notre rythme de vie.

Réunion pour le ralentissement du rythme de vie, 2010

2010. Abbiategrasso fait partie des quelque 70 villes italiennes à adhérer au mouvement "slow", ou comment vivre mieux en prenant son temps. Mode de transport, urbanisme mais aussi développement économique, la "slow attitude" fait de plus en plus d'adeptes, notamment en Italie, où le mouvement est né en 1999. Reportage de Sonia Logre, composé de témoignages.

Abbiategrasso, ville "slow" où l'on prend le temps de vivre, 2010

2014. La commune de Loix reçoit le label "Cittaslow". Un réseau international de communes qui ont décidé de prendre leur temps et de ne rien faire qui puisse troubler la tranquillité de leurs concitoyens. En France, 8 communes ont obtenu ce précieux label. On en compte 182 dans le monde. Pour fêter cela comme il se doit, le maire du village rétais a organisé une course d'escargots sur le "cagouillodrome".

Loix, sur l'ïle de Ré, devient une "cittaslow", 2014