Le Paris de Doisneau

Redaction Ina le 12/11/2006 à 00:00. Dernière mise à jour le 16/08/2017 à 17:47.
Beaux Arts Environnement et urbanisme
Le Paris de Doisneau

A Versailles, l’espace Richaud présente l’exposition "Robert Doisneau, les années Vogue", présentant les photographies du célèbre artiste pour le magazine de mode, et notamment les débuts de Brigitte Bardot comme mannequin. Cet aspect moins connu de son travail complète une œuvre dévouée à la capitale et à la vie de ses habitants…

L'esprit Paname

Les mythiques photographies de Robert Doisneau sont toujours très à la mode. Du 7 octobre 2015 au 19 janvier 2015, la Grande Galerie de l'Evolution du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris consacre une exposition au photographe, "Robert Doisneau, un photographe au Muséum". Un air d'accordéon, un pointe d'accent titi parisien, de petits bruits de pas d'enfants sur les pavés… En fermant les yeux, l'ambiance du Paris d'autrefois - immortalisé par les photos de Robert Doisneau - est encore palpable aujourd'hui. Si chaque année des millions de touristes (26 millions en 2005) viennent visiter notre capitale, c'est naturellement pour découvrir son patrimoine ou ses expositions, mais surtout pour s'imprégner de son esprit d'antan : l'esprit Paname.

Rémouleurs et marchands de quatre-saisons

En ce temps-là, les rues résonnaient des appels d'aboyeurs de théâtre – annonçant debout sur des tréteaux le programme du soir – ou des vendeurs de journaux. Les marchands des quatre-saisons poussaient leurs petites carrioles remplies de fruits et de légumes tout en discutant avec les rémouleurs (aiguiseurs de couteaux) ou les tondeurs de chiens… Ces petits métiers restaient évidemment l'apanage des Parisiens les plus modestes, majoritaires à l'époque. Mais, malgré les difficultés financières, le Paris de l'après-guerre entend vivre dans l'euphorie. « L'homme lève la tête, ouvre les yeux, reprend goût à la vie. Frénésie de danser, de dépenser, de pouvoir enfin marcher debout, crier, hurler, gaspiller », écrira le peintre Fernand Léger. Robert Doisneau a réussi a capter cette humeur dans ses clichés, comme lorsqu'il photographie un couple improvisant une valse dans une ruelle, ou un groupe d'habitants en cercle, dansant la sardane en bas de chez eux…

Quand les bourgeois s'encanaillent…

Les nantis, eux, se déhanchent au son du jazz. Et la capitale recèle de clubs où viennent s'encanailler les bourgeois, à l'image de l'Alhambra, du Bataclan ou de l'Enfer… La journée, ils se pressent aux terrasses des cafés de Flore ou des Deux-Magots à Saint-Germain-des-Prés, pour écouter Sartre ou Camus et peut-être apercevoir Juliette Gréco. Venus des cinq continents, les artistes se ruent à Montparnasse, à la terrasse du Dôme et de la Rotonde, pour s'imprégner de la douce folie qui flotte dans l'air, caractéristique de la liberté tout juste retrouvée. A cette époque, le rayonnement littéraire et artistique de la capitale dépasse largement les frontières.

Îlots insalubres

Etincelante artistiquement, Paris renferme pourtant de nombreux îlots insalubres. Une réflexion urbanistique est alors engagée pour rénover la ville et de nombreux quartiers sont modernisés, comme Montparnasse (où la célèbre tour est conçue en 1958) ou le transfert du marché des Halles à 15 km au sud de la ville à Rungis, entraînant la destruction des célèbres pavillons de Baltard en 1969. Malgré cette politique de restructuration, le Paris d'antan reste encore palpable à chaque coin de rue, puisqu'il fait partie intégrante de son âme…

Pour aller plus loin

De Daguerre à Kodak, 1971

Quelques photographes emblématiques...

Willy Ronis (article)

Helmut Newton (article)

Robert Capa (article)

Henri Cartier Bresson (personnalité)

Les rencontres de la photographie d'Arles (article)

Romans photo : des bulles plus ou moins sages (article)

Séance de photos de nus par Lucien Clergue (vidéo)

Grands photographes : Découvrez une sélection de documentaires consacrés à huit photographes. (Pack)

L'évolution de la photo en 12 vidéos (article)