Le mime Marceau ou le cri silencieux

Redaction Ina le 10/09/2012 à 17:33. Dernière mise à jour le 18/09/2017 à 16:04.
Art et Culture Arts du spectacle
Le mime Marceau

Le mime Marcel Marceau nous a quittés le 22 septembre 2007 à l’âge de 84. En 60 ans de carrière, il est parvenu à faire de la pantomime un art théâtral reconnu. Son personnage Bip, Pierrot lunaire dégingandé, est devenu son symbole universel. Ina.fr vous emmène en images dans l’univers poétique de ce sculpteur de l’invisible et du silence.

mimemarceau620

"Quand le mime lance son cri silencieux, il a beaucoup à dire dans une époque où il y a la violence mais où l'on peut aussi apporter la beauté..."

Qui se cache sous le maquillage du mime Marceau?

Marcel Marceau est né en 1923 à Strasbourg. Très attiré par les arts, il fréquente d’abord l’École nationale des arts décoratifs de Limoges par amour du dessin et de la peinture. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il débute comme peintre. 
Il se tourne ensuite vers le théâtre. Le jeune homme devient l’élève de Charles Dullin, de Jean-Louis Barrault et d’Étienne Decroux, l’auteur de la "grammaire"» de l’art du mime, la "statuaire mobile". 

1964. Entretien avec lui sur son travail de mime et les origine de la patomime.

Marcel Marceau se prend de passion pour la pantomime et décide, le jour de ses 24 ans, de créer sa propre compagnie de mime. Son art consistait à donner forme à ses pensées et émotions au travers des gestes. Il aimait à dire "La parole n'est pas nécessaire pour exprimer ce qu'on a sur le cœur".

L'escalier et le tireur de cordes, 1953 (document muet)

C’est cette même année, en 1947, qu’il crée le personnage qui allait le rendre célèbre dans le monde entier : Bip

 Bip

Bip est une sorte de Pierrot lunaire du XXème siècle, à la fois gracile et grave, d’une souplesse de chat.

Son visage blanc surmonté d’un chapeau haute forme, orné d’une fleur rouge, devient le symbole d’un langage universel et muet : le mime. 

L’artiste utilise son corps pour exprimer toutes sortes d’émotions et les partager avec son public. Ses mains se transforment en ailes de papillons, leur battement suggérant celui du cœur. Sans un mot, il parvient à montrer que la fragilité du papillon exprime celle de la vie. L’assistance est subjuguée par tant de délicatesse.

1957. Le mime Marceau se transforme en personnage d'un tableau de Watteau...

1963. Son interprétation de Don Juan. Il mime sa démarche.

 Une reconnaissance internationale

Avec Bip, l’artiste porte l’art du mime au plus haut niveau, son personnage romantique parcourt les 5 continents et séduit tous les publics.

Idole au Japon, il devient un dieu vivant aux Etats-Unis. Il décrit ici ses personnages principaux, les rires des différents publics du monde entier qu'il parvient à faire "entrer dans le monde du silence".

Pour satisfaire sa large audience, il crée constamment de nouveaux tableaux mimés, notamment le célèbre pas "la marche contre le vent". Michael Jackson s’en inspirera pour réaliser son "Moonwalk".

1956. Après une tournée triomphale dans le monde, Bip revient en France...

 L’enseignement du mime

En 1969, Marcel Marceau fonde et dirige à Paris la première école internationale de mime. 
Neuf ans plus tard, initialement prévue à New York, il ouvre une école internationale de mimodrame à Paris. On y dispense des cours de mime, de danse classique, d'acrobatie et d'art dramatique à des élèves de 18 à 25 ans venus de tous les pays.

En 1997, après cinquante ans de carrière, Marcel Marceau fait son retour sur une scène parisienne. Il présente à l'espace Cardin, "Le chapeau melon", un mimodrame en forme d'hommage à Charlie Chaplin. Dans cette interview, il raconte l'origine du personnage bip.

En 2000, le mime Marceau annonce qu’il quitte définitivement la scène mais il continuera à enseigner jusqu’à son décès.

Tel le papillon qu'il aimait tant, l'artiste s'envole vers d'autres horizons le 23 septembre 2007

Pour aller plus loin

Histoire sans paroles (1959)

Sorte de portrait durant lequel il improvise devant ses élèves et montre l'évolution de la pantomime en prenant pour exemple une déclaration d'amour mimée comme il y a un siècle, puis à la manière actuelle.

1964. Les lithographies du mime Marceau.

1967. Une curiosité: Marcel Marceau sur le tournage de Barbarella de Roger Vadim. Il joue pour la première fois un personnage parlant.