Le Mahatma Gandhi

Redaction Ina le 16/01/2013 à 09:43. Dernière mise à jour le 03/08/2017 à 16:16.
Politique internationale Décolonisation Religion
Le Mahatma Gandhi

Portrait de Mohandas Karamchand Gandhi, apôtre de la tolérance et de la non-violence, père spirituel de l'Inde moderne, à l'occasion des 75 ans de son arrestation par l'administration britannique, en compagnie de Nehru, le futur Premier ministre de l'Inde indépendante…

Mohandas Karamchand Gandhi, issu d'une caste aisée, commence très tôt son combat contre les inégalités et l'injustice. D'abord en Afrique du Sud puis, dans le contexte de la décolonisation, en Inde, son pays natal. Ses armes : la tolérance, la non-violence et la grève de la faim. Il est assassiné en 1948 par un intégriste hindou laissant son peuple dans un profond désarroi.

Une éducation aisée

Mohandas Karamchand Gandhi est né le 2 octobre 1869 à Porbandar dans l'état du Gujarat. Issu d’ une caste aisée, il se marie très jeune, comme le veut la tradition. A 19 ans, il quitte femme et enfant pour suivre des études de droit en Angleterre.
En 1893, son diplôme en poche, une entreprise indienne l’envoie en Afrique du Sud pour y défendre ses intérêts. Ce voyage va changer sa vie.

L’Afrique du Sud

 Sur place, le jeune avocat se confronte pour la 1ère fois au racisme et à la discrimination raciale. Britanniques et Boers dominent sans partage les populations noires et immigrées. Ces inégalités criantes font naître en lui sa vocation militante.
En 1906, Gandhi est arrêté et incarcéré durant six mois pour s’être opposé à une nouvelle loi ségrégationniste. Durant cette période, il écrit un livre dans lequel il expose ses théories de combat par la non-violence (la Satyagraha).

Retour en Inde

 Le 18 juillet 1914, Gandhi quitte l'Afrique du Sud et rentre en Inde. Pendant un an, il sillonne son pays natal et découvre les inégalités qui le frappent . Il prend part à plusieurs mouvements contestataires contre l’autorité britannique. Soutenant notamment un mouvement de grève des ouvriers textiles, il utilise pour la première fois, le jeûne pour faire pression sur les patrons.

Le combat pacifique

 À la fin de la Première Guerre Mondiale, Gandhi présente aux Britanniques ses premières revendications d'autonomie pour l'Inde. Devenu le Mahatma (titre honorifique et religieux qui signifie « grande âme »). Il a le soutien inconditionnel de son peuple.
Gandhi rêve de cohésion nationale et réclame l'égalité sociale pour les intouchables. Ses actions se veulent pacifiques et symboliques. La grève de la faim devient la marque de son engagement.
Le 12 mars 1930, le Mahatma entreprend son action la plus célèbre : la marche du sel qui dénonce le monopole anglais de la vente du sel. Il annonce sa désobéissance civile, on l’arrête. Libéré un an plus tard, il entame une tournée européenne pour présenter ses idées pacifistes.
En 1932, de retour dans son pays, Gandhi est à nouveau arrêté. Sous la pression européenne, on le libère. Il se consacre désormais à la cohésion entre les communautés et à l'éducation des masses. Ce qui lui vaut l'inimitié des extrémistes hindous.
En 1934, il échappe à la première des cinq tentatives d'assassinat dont il fera l'objet.

Vers l’indépendance de l’Inde

 Durant la Seconde Guerre Mondiale, Gandhi enjoint les Britanniques à quitter l’Inde avec son fameux slogan "Quit India" . Il relance le mouvement de désobéissance civile. Il est à nouveau arrêté, sa femme mourra en prison. *
En 1944, Churchill le fait libérer. Après la guerre, les travaillistes au pouvoir en Angleterre, demandent à Lord Mountbatten, nouveau Vice-roi, de mener le processus d’indépendance. La situation est explosive, les communautés musulmane et hindoue s’entre-tuent.
Contre l’avis de Gandhi, Lord Mountbatten annonce le 15 août 1947, la partition du pays et la naissance de 2 nations : le Pakistan et l'Inde.

Une nation déchirée

 Les sacs, meurtres et émeutes provoquent près de 2 millions de victimes. Épouvanté, notamment par le massacre de Calcutta, Gandhi décide de jeûner jusqu'à la mort. Le président Nehru tente de mettre fin aux massacres, mais les extrémistes hindous ne pardonnent pas à Gandhi sa bienveillance à l’égard des musulmans. L’un d’entre eux l’assassine le 30 janvier 1948.
Sa mort provoque une vive émotion mondiale. Plusieurs millions d'Indiens assistent à ses funérailles nationales.
Aujourd'hui encore, l'empreinte de Gandhi reste vivante en Inde et dans le monde entier. Il symbolise le rêve d'une société plus juste, égalitaire et non violente.
Ina.fr dresse en archives le portrait de cet homme de convictions.