C’est de la passion de l’écrivain Michel Le Bris pour Robert Louis Stevenson et une littérature ouverture sur le monde, sur le rêve et les voyages, qu’est né le festival Etonnants voyageurs, en 1990. 

Et quelle ville symbolisait le plus cet appel à prendre le large que la petite cité bretonne ? C’est en effet du port de cette fière cité que Jacques Cartier partit explorer le Canada, au 16e siècle. C’est aussi derrière ses remparts que s’amassaient les fortunes de Surcouf et des corsaires, pilleurs des flottes ennemies du roi de France. Saint Malo nourrit ainsi depuis longtemps un imaginaire empli d’aventures.

Depuis 1990, un public toujours plus nombreux retrouve écrivains, auteurs de bandes dessinées, scénaristes du monde entier, pour évoquer d’innombrables aventures littéraires.

Retour sur 25 années d’un festival pas comme les autres, où la lecture d’un livre est comme une invitation au voyage…

En 1990, reportage de France 3 Bretagne pour la première édition du festival. Avec un invité d’honneur, l’Italien Hugo Pratt, dessinateur de "Corto Maltese".

En 1992, à l’occasion du 500e anniversaire de la découverte de l’Amérique, le festival organise une exposition de photographies de l’ethnologue américain Edward Sheriff Curtis sur l’Ouest américain. Le festival s’intéresse également à Pierre Loti et à la Méditerranée. Michel Le Bris donne son point de vue sur « l’oubli du monde » qui caractérise souvent selon lui les écrivains français. 

En 1994, c’est Robert Louis Stevenson et Théodore Monod qui sont à la Une du Festival. Tony Hillerman parle du rôle de la littérature dans la découverte des autres peuples. 

En 1995, le festival met le cap sur l’Orient : Jean-Claude Izzo  évoque la fascination que suscite ce mot dans l’esprit occidental. Une exposition sur Joseph Conrad explore la quête d’aventure de l’un des plus grands écrivains anglais. 

En 1997, le festival s’intéresse à nouveau à l’Ouest américain. William Kittredge, représentant de l’école des écrivains du Montana, raconte sa vision de la nature américaine. Comme Jim Harrison, pour qui sa terre, le Michigan, est un « territoire de Dieu ». 

La même année, Thalassa met en lumière l’un des acteurs clés du festival, l’écrivain de romans policiers Jean-Claude Izzo, qui raconte dans ce reportage sa passion pour sa ville, Marseille. Elle lui donne son inspiration et éveille sa curiosité pour les cultures exotiques. 

En 2000, le festival s’intéresse à la science-fiction et à l’utopie.

Jim Harrison est à nouveau présent à Saint Malo. Claude Villers est interviewé sur un stand. 

Le Belem participe aux 15 ans du festival, en 2005. Jacques Lanzmann présente son livre « L’empire du silence » sur le peuple des Garamantes. Le chef cuisinier Olivier Roellinger prépare un repas à bord du Trois-mâts. 

C’est également à bord du Belem qu’Olivier Barrot présente l’Atlas de l’Afrique de Stephen Smith.

Retour sur les 25 ans d’histoire du Festival, en 2015.

Rédaction Ina le 11/05/2016 à 15:49. Dernière mise à jour le 15/05/2018 à 11:00.
Littérature