La Turquie d'Erdogan

Redaction Ina le 12/10/2015 à 14:49. Dernière mise à jour le 13/03/2017 à 10:09.
Politique Politique internationale
Erdogan au pouvoir

La crise couve entre la Turquie et l’Europe. Le Président Erdogan, qui compte sur le référendum du 16 avril pour renforcer son pouvoir et encore un peu plus mettre au pas l’opposition, reproche à l’Allemagne et aux Pays-Bas, pays à la forte communauté turque,  l’annulation de meetings politiques de ses partisans. Focus sur la Turquie d’Erdogan…

erdogan620

La conquête du pouvoir

Recep Tayyip Erdogan, élu président de la Turquie au premier tour de scrutin en 2014, commence sa carrière politique en 1994, après avoir été élu maire d'Istanbul.

Son mandat stoppe en 1998, lorsqu'il est arrêté pour incitation à la haine raciale. En 2001, il sort de prison et fonde l'AKP, un parti islamiste modéré qui devient, en 2002, le parti majoritaire à la grande Assemblée nationale de Turquie.

Nommé Premier ministre un an plus tard, en 2003, Erdogan conduit d'importantes réformes, et affirme son souhait de voir la Turquie rentrer dans l'Union européenne. Entrée retardée.

Longtemps considéré comme l'homme politique le plus populaire de la Turquie, Erdogan est réélu aux élections législatives de 2007 puis de 2011. Il occupe le poste de Premier ministre entre 2003 et 2014.

Autoritarisme et contestation

Cependant, certaines de ses décisions grignotent progressivement la laïcité du pays et provoquent des contestations de plus en plus violentes du peuple. Son grand projet était de réformer la Constitution, en particulier le statut constitutionnel du président de la République.

Son ambition est claire : être élu par le Peuple turc au suffrage universel direct mais son autoritarisme est de plus en plus critiqué, notamment vis-à-vis des médias et des réseaux sociaux.

La crise kurde

Depuis juillet 2015, les affrontements entre les rebelles kurdes du PKK et l’État ont repris après une trêve de deux ans, faisant au moins 600 morts selon des estimations.

Du côté du président Erdogan, il y avait une tentation de gagner des voix chez les nationalistes, tandis que le PKK avait le vent en poupe à l’international.

Playlist "Recep Tayyip Erdogan au pouvoir"

Plus de documents sur Recep Tayyip Erdogan