L'économie du Brésil

Redaction Ina le 29/07/2016 à 15:03. Dernière mise à jour le 03/08/2016 à 17:15.
Economie et société

Les Jeux Olympiques se déroulent cette année au Brésil. En 2009, en plein essor économique, le Brésil de Lula obtenait l'organisation des jeux de 2016. La baisse du prix du pétrole et l'inflation galopante qui suivirent plongèrent le pays dans une crise profonde et le peuple dans le désarroi. Focus sur l'économie de la 7e puissance économique mondiale.

bresil-eco620

Un géant agricole

Avec le 9e PIB mondial en 2015 pour 203 millions d'habitants, le Brésil reste un géant doté d'un vaste marché et d'une économie diversifiée, et ce, malgré la récession que traverse le pays depuis 2015, notamment à cause de la chute des cours du pétrole.

La diversification de l’économie demeure cependant un atout majeur. Le secteur primaire fait du Brésil un géant agricole, (6% du PIB en 2014) lui permettant d'être le 4e exportateur agricole mondial. Le pays demeure le premier producteur mondial de café, de jus d’orange, de canne à sucre…

… de soja et le 2e de viande bovine et de volaille. Exemple du succès du poulet brésilien qui concurrence l'offre européenne.

Son immense production agricole permet au Brésil de développer une offre importante de biocarburants. Une voiture sur deux fonctionne à l'éthanol, issu de la betterave. Reportage à Sao Polo.

C'est également le 2e exportateur mondial de produits miniers avec des ressources abondantes et diversifiées (fer, aluminium, métaux précieux…). Le Brésil pourrait devenir le 6e producteur mondial de pétrole en 2035 avec un potentiel de 6 millions de barils/jours.

Lula, l'homme du redressement...

Son apogée économique, le pays la doit à un ancien ouvrier métallo, devenu président de 2002 à 2010 : Luis Inacio Lula Da Silva, dit Lula.

"Si à la fin de mon mandat, chaque Brésilien mange à sa fin j'aurais réalisé mon rêve". déclarait-il au forum international anti mondialisation de Porto Alegre en 2003.

Ses deux mandats coïncident avec un développement économique exponentiel et des investissements judicieux. La côte de popularité de Lula explose à l’international .

En place, le dirigeant court les sommets économiques, drague les pays pour de nouveaux partenariats. Et ça marche ! Il déclare fièrement à Davos que "La prospérité économique n’a pas de sens si elle ne crée pas du bien-être social". 

L'essor de la classe moyenne

De fait, sous sa mandature, 31 millions de brésiliens sortent de la pauvreté. La classe moyenne, voire huppée, se développe. Portrait d'un nouveau millionnaire.

Bilan économique du Brésil en 2006, un pays en plein développement devenu le garde-manger de la planète.

Une favella de Rio transformée en quartier tendance…

Leur pouvoir d'achat dynamise la croissance brésilienne… seul bémol, les Brésiliens vivent beaucoup à crédit…

En route vers les J.O.

La pauvreté régresse, certes, mais Lula doit faire face à de nombreux scandales qui ternissent son gouvernement. En 2009, il parvient tout de même à obtenir l'organisation des jeux Olympiques de 2016.

Il s'agit de l'un de ses derniers succès politiques.

L'ère Dilma Roussef : le déclin économique

Dans l'impossibilité de briguer un troisième mandat, Lula soutient une femme présente à ses côtés depuis plusieurs années. Elle occupe le poste de chef de cabinet depuis 2005, c'est Dilma Rousseff

La question économique est au cœur de la campagne.

Soutenue par son mentor, elle est la première femme élue à la présidence du Brésil le 1er janvier 2011.

 

 2011-2016 : la colère du peuple

Le miracle brésilien ne fait pas long feu. Le premier mandat de Dilma Rousseff est marqué par la crise de 2008. La production industrielle chute et la croissance est en berne : elle passe à 2 % en 2013, contre 7,5 % en 2011. Chômage, pauvreté et écart croissant entre les classes aisées et les classes populaires deviennent intenables pour Brésiliens.

Un important mouvement protestataire éclate en 2013. C'est la fin du miracle économique.

En juin 2013, l'augmentation du prix des transports publics provoquent des manifestations contre  la vie chère et les inégalités sociales. Face aux sommes pharaoniques dépensées pour la préparation des J.O. (plus de 11 milliards), le peuple laisse éclater sa colère dans les rues. L'inflation est galopante…

En 2014, un million de personnes descendent dans la rue à travers tout le pays pour protester contre les dépenses somptuaires des futurs Jeux Olympiques et l'abandon d'une population appauvrie. 

L'ancienne révolutionnaire promet de répondre aux attentes de son peuple, en consacrant 100% des ressources du pétrole  à l'éducation.

Le 26 octobre 2014, malgré son impopularité, Dilma Rousseff se représente et décroche l'élection présidentielle de justesse, avec le plus petit score jamais obtenu à une élection dans l'histoire Brésilienne. La banque de Sao Polo accueille ce résultat en chutant de 6 % !

Comme le précédent, ce mandat est émaillé de manifestations impressionnantes. Le déclin de l'économie brésilienne et les affaires de corruption mettent à mal sa popularité, comme en mars 2015 à Sao Polo, la capitale économique du pays.

 

Pour aller plus loin:

Article : Lula, son Brésil

Article : Dilma Roussef et Lula dans la tourmente 

Playlist : La politique de Dilma Roussef 

Toute notre sélection sur la musique brésilienne