L' Abbé Pierre

Redaction Ina le 23/01/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 25/01/2017 à 11:40.
Vie sociale
L' Abbé Pierre

L'Abbé Pierre, le fondateur de la communauté d'Emmaüs, a œuvré toute sa vie en faveur des plus démunis. Le 1er février 1954, alors que l'hiver est particulièrement rigoureux, le religieux lance un appel déchirant à la radio en faveur des sans-logis et des déshérités. Retour sur une vie de charité, à l’occasion des dix ans de son décès.

abbe-pierre-312

L'Appel de l'Hiver 54

Hiver 54. Un nouveau-né meurt de froid dans un bidonville de Neuilly-Plaisance. Une sexagénaire, expulsée de son appartement, décède d'hypothermie sur le trottoir parisien.

Croisade des sans-logis, février 1954

L'Abbé Pierre est choqué. Il dénonce alors la situation indigne des sans-abris : « Mes amis, au secours », supplie-t-il sur Radio Luxembourg.

L’appel fête ses 50 ans, 2004

L'Abbé Pierre lance son très célèbre appel « à l'insurrection de la bonté ».

Interview sur son engagement, 1954

Le discours est entendu et provoque un formidable élan de solidarité dans le pays.

L’abbé Pierre au secours des couche-dehors, Le monde comme il va, mars 1955 (audio)

Des gens de toutes conditions sociales donnent argent, couvertures et nourriture.

Une nuit avec l’Abbé Pierre, février 1954

L'Abbé Pierre et ses compagnons d'Emmaüs mettent en place des hébergements d'urgence.

Cité d’urgence, février 1954

Et le Parlement adopte à l'unanimité un crédit de dix milliards de francs de crédits pour réaliser au plus vite 12 000 logements à travers toute la France.

Construction de cités d’urgence, février 1954

Qui est ce religieux qui crie son indignation sur les ondes radiophoniques ?

Lutter contre l'occupant nazi

Né le 5 août 1912 à Lyon, de son vrai nom Henri Grouès, celui qu’on appelle désormais l’Abbé Pierre consacre toute sa vie au soutien des plus démunis et à la lutte contre le mal-logement et à ce qu'il nomme la « maladie de l'indifférence ». 

Portrait, 1987

Dès l'âge de 15 ans, lors d'un congrès de jeunes chrétiens à Assise, l’adolescent ressent l'appel de la foi.

Sa foi, 1988

Il entre alors au couvent des Capucins en 1930 sous le nom de Frère Philippe. Ordonné prêtre en 1938, il est nommé vicaire à la cathédrale de Grenoble.

Qu’avez-vous fait de vos 20 ans ? 1990

Lorsque la guerre éclate, il est d'abord sous-officier en Alsace puis devient résistant. C'est alors qu'il prend le nom de Pierre. Il mène son premier combat : lutter contre l'occupant nazi. Leader de maquis en Chartreuse ainsi que dans le Vercors, il aidera au passage clandestin de juifs vers la Suisse. Traqué par la Gestapo, il fuit vers Alger où, en 1943, il rencontre le Général de Gaulle.

L'Abbé Pierre sur son action de résistant pendant la guerre, 1987

Emmaüs contre l'exclusion

L’Abbé Pierre est un homme engagé, il se lance dans la politique sous les couleurs du MRP (Mouvement Républicain Populaire, démocrate-chrétien) et devient député de Meurthe-et-Moselle de 1945 à 1951. Confronté à la pauvreté et au grand dénuement des populations sinistrées,

Villages de tentes, 1955

dès la libération, il accueille sous son propre toit des sans-logis. Ensembles, ils construisent les premières cabanes qui donneront lieu, en 1949, à la création de la première cité d'urgence des Chiffonniers d'Emmaüs

Portrait d’Emmaüs, 1999

Ces premières communautés naissent sur le principe « donne-moi ton aide, pour aider les autres ». Elles regroupent des déshérités qui se mettent, par leur travail de récupération, au service des plus déshérités.

Relogement, mai 1954

« Emmaüs est devenu une récupération d'hommes à l'occasion de récupération de choses » définit l'Abbé Pierre, qui entame là son combat contre l'exclusion.

Que sont-ils devenus ? 1962

Le premier des Indignés

Au début des années 80, un phénomène inquiète l’Abbé Pierre : les « nouveaux pauvres », il repart en croisade et interpelle les hommes politiques « Nous sommes condamnés au partage ».

Les nouveaux pauvres, 1984

Le religieux s’engage pour que le droit aux réquisitions  soit appliqué.

Les sans-abris, 1991

L'action en faveur de l'accès au logement est renforcée en 1988 avec la création de la Fondation de l'Abbé Pierre. Aujourd'hui, la société HLM Emmaüs gère 10 000 habitats et la fondation est présente dans 37 pays.

En 1990, très affaibli, il lance cependant un appel à la presse pour que la question des expulsions soit mise en lumière.

Appel à la presse, 1990

En 1996, la réputation de l'Abbé Pierre est entachée par l'affaire Roger Garaudy dont il soutient le livre « Les mythes fondateurs de la politique israélienne », en dépit de ses thèses négationnistes.

Affaire Garaudy, 1996

Il ne perd cependant pas les faveurs de l'opinion publique. En 2001, il est nommé Grand Officier de la Légion d'Honneur et réitère,

Légion d’honneur, 2002

En 2004, il lance un nouvel appel à la solidarité et s'engage avec Emmaüs pour un Nouveau manifeste contre la pauvreté. Il vit désormais un mois sur deux retiré dans un couvent de capucins en Normandie. Peu avant son décès, l'Abbé Pierre avait souhaité que sur sa tombe soit gravée l'inscription « il a essayé d'aimer ».

Il s'éteint le 22 janvier 2007 et reste pour tous l'incarnation du partage et de la solidarité.

Obsèques de l'Abbé Pierre, 2007