Guillaume Depardieu

Redaction Ina le 08/10/2013 à 14:28. Dernière mise à jour le 09/04/2015 à 17:49.
Cinéma

A l'occasion de la sortie de l’album Post Mortem de Guillaume Depardieu, ina.fr vous propose le portrait de cet artiste écorché vif, parvenu à dépasser son statut de « fils de » pour marquer le cinéma français de sa propre empreinte.

depardieu-guillaume312

Le fils de…

Né en 1971, Guillaume Depardieu est le fils d’Elisabeth et de Gérard Depardieu. Son père l’emmène très jeune sur les plateaux de tournage. Il fait plusieurs figurations dans les films « Pas si méchant que ça » (1974), « Jean de Florette » (1986) et « Cyrano de Bergerac » (1990).

Pour cet enfant fragile, le poids du patronyme est un obstacle qui parait insurmontable. Guillaume est le fils de l’un des plus célèbres acteurs français de son époque. Difficile pour cet artiste en herbe de trouver sa place à l’ombre de ce père omniprésent : « Tous les gens vous regarde en tant que fils de… Ce problème de légitimité et finalement de racisme… c’est pour ça que je suis plus allé du côté des voyous… la drogue m’a permis de m’anesthésier… »

Guillaume Depardieu à propos de son père, 1999 (audio)

L’enfant timide et fragile laisse peu à peu place à un adolescent mal dans sa peau, puis à un délinquant anxieux et dépressif. La drogue et l’alcool deviennent un refuge. En 1993, le jeune homme est arrêté pour possession et trafic d’héroïne. Il devient le héros malgré lui d’un procès très médiatisé.

Procès de Versailles, 1993

Un acteur est né

Malgré ses frasques et cette notoriété bien involontaire, le comédien entame une carrière cinématographique pleine de promesses. En 1991, à tout juste 20 ans, il joue son premier rôle important aux côtés de son père dans le film d’Alain Corneau « Tous les matins du monde ». Le film reçoit le prix Delluc. Le talent du jeune homme explose au grand jour.

Tous les matins du monde, 1991

Sa rencontre avec le réalisateur Pierre Salvadori marque un tournant dans sa carrière. Le réalisateur lui permet d’exprimer la large palette de son talent. Guillaume Depardieu s’épanouit dans un rôle positif dans « Cible émouvante ».

Cible émouvante, 1993

Plus tard, il émeut avec un  personnage paumé et attachant dans «Les Apprentis ». Le comédien évoque ici son rôle dans le Pop Club de José Artur

Pop Club, Guillaume Depardieu et Salvadori, 1995 (audio)

Sa prestation lui apporte la reconnaissance qu’il espérait tant. En 1996, il reçoit le César du meilleur espoir masculin et le prix Jean Gabin pour ce rôle.

Prix Jean Gabin, 1996

En 1998, 3ème collaboration avec le cinéaste dans « Comme elle respire ». Guillaume  Depardieu y joue un escroc intéressé aux côté de Marie Trintignant en mythomane foldingue. 

Comme elle respire, 1998

L’année suivante, en 1999, il franchit un nouveau cap avec « Pola X » de Léos Carax, aux côtés de Catherine Deneuve. Le comédien définit son personnage dans l’émission Cinéfilms d’André Asséo sur France Inter.

Cinéfilms, 1999 (audio)

Présentation du film à Cannes.

Pola X à Cannes, 1999

En 2002, père et fils se retrouvent sur le grand écran dans le film de Jacob Berger « Aime ton père ». Une rencontre difficile mais nécessaire. De la fiction à la réalité, le dialogue s’installe enfin entre les deux hommes. L’émotion est au rendez-vous.

Aime ton père, 2002

De la maladie à la mort

Mais la vie de Guillaume Depardieu est gâchée par un drame qui va le marquer dans sa chair. En 1995, le jeune comédien est victime d’un grave accident de moto. Hospitalisé durant un an, il sera opéré 17 fois pour une grave blessure au genou. Au cours de l’une de ces opérations, il contracte un staphylocoque doré.

Cette infection chronique, maladie nosocomiale, brise sa vie et lui inflige d’atroces souffrances qui l’obligent finalement à subir une amputation en 2003. Il crée une fondation pour alerter l’opinion sur cette question de santé publique.

Amputation de Guillaume Depardieu, 2003

Il raconte son calvaire à Thierry Ardisson.

Guillaume Depardieu : son calvaire, 2003

Une âme de musicien

Cette épreuve lui permet cependant de découvrir une nouvelle passion : la musique. Durant son hospitalisation, encouragé par sa sœur Julie, mélomane avertie, Guillaume se lance dans l’écriture d’un opéra. La musique va devenir vitale. Il l’évoque avec Stéphane Bern.

Le fou du roi : Sa passion de la musique, 2004 (audio)

Il écrit plusieurs textes de chansons, dont celle écrite pour Barbara intitulée « À force de », la seule qu’il signe. Il s’en explique avec Rebecca Manzoni sur France Inter.

Eclektik : l’écriture, 2007 (audio)

En 2008, alors qu’il tourne en Roumanie, l'acteur contracte une pneumonie et déclenche une nouvelle infection due à un staphylocoque doré. Rapatrié en France, il décède le 13 octobre 2008 à l’âge de 37 ans.

Obsèques de Guillaume Depardieu, 2008

En septembre 2013, sort le premier single « Faisons l'amour », extrait de l'album Post Mortem, coécrit avec François Bernheim, sorti en novembre 2013.