Georges Feydeau à la radio

Redaction Ina le 26/11/2012 à 15:58. Dernière mise à jour le 10/04/2015 à 15:48.
Théâtre
Georges Feydeau à la radio

L’auteur de vaudevilles Georges Feydeau est le maître incontesté du théâtre de boulevard. Né le 8 décembre 1862, il consacre sa vie à faire rire le public. Ses pièces à succès, toujours jouées aujourd’hui, sont l’emblème du burlesque et du quiproquo. Ina.fr vous invite à réécouter ses plus grands succès.

 Des débuts remarqués

Georges Feydeau est né le 8 décembre 1862 à Paris. Fils de l'écrivain réaliste Ernest Feydeau, c’est naturellement qu’il se tourne vers les Lettres, délaissant ses études pour la passion du théâtre.
Il tente d’abord une carrière d’acteur mais se tourne rapidement vers l’écriture. Sa première pièce, Par la fenêtre, est créée en 1882, il n'a pas 20 ans.
Sa seconde pièce, Tailleur pour dames, lui vaut un succès public et les encouragements d’Eugène Labiche, autre maitre du vaudeville. Il encourage le jeune homme à persévérer dans les comédies.

 Sources d’inspiration

En 1889, Georges Feydeau épouse Marie-Anne Carolus-Duran, la fille d’un peintre célèbre. Ils auront 4 enfants. Cependant sa vie conjugale le lasse et le jeune auteur préfère passer ses nuits en compagnie du Tout Paris, particulièrement chez Maxim’s. Cette vie de noctambule, qu’il mène pour oublier sa triste vie d’homme marié, lui inspire plusieurs de ses succès.
La nuit l’entraîne aussi dans les pires excès : le jeu, la drogue, l’adultère. Plusieurs thèmes qu’il abordera dans son œuvre (La dame de chez Maxims, La main passe). Après le succès de Tailleur pour dames, Feydeau connait une période difficile durant laquelle il expérimente sa noirceur profonde et les abus en tous genres.
Le succès revient enfin en 1892 avec Monsieur chasse !, Champignol malgré lui et, dans une moindre mesure, Le Système Ribadier, œuvres qui lui valent le titre de « roi du vaudeville ». Dès lors la notoriété ne le quittera plus.

 Divorce et changement de registre

En 1909, lassée des frasques de son époux, Marie-Anne prend un amant et quitte Feydeau. Humilié, ce dernier s’installe dans un palace du quartier de La Gare Saint-Lazare. Cette séparation influence profondément son œuvre, son vaudeville change d’angle.
Désormais, il s’acharne sur la médiocrité des existences bourgeoises et dénonce l’hypocrisie des familles chics. L’occasion pour lui d’écrire des comédies de mœurs truculentes : On purge Bébé (1910), Mais n'te promène donc pas toute nue ! (1911).
Bientôt, ses années d’excès le rattrapent. Traité pour des troubles psychiques dus à la syphilis, Feydeau s’éteint à l’âge de 58 ans dans une clinique de Rueil-Malmaison.
Son sens du quiproquo et sa capacité à transformer une situation banale en délire scénique reste inégalés. Ses pièces ont toutes été saluées, souvent imitées et sont encore jouées aujourd'hui avec le même succès.
Ina.fr vous invite à redécouvrir ses plus grandes oeuvres à travers une sélection d’adaptations radiophoniques à la distribution prestigieuse.
Pour aller plus loin : les pièces de Feydeau diffusées à la télévision.