Edith Piaf

Redaction Ina le 10/02/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 13/09/2017 à 16:57.
Chansons Showbiz et people
Edith Piaf

L’Olympia, scène par excellence symbole de la carrière et de la vie d’Edith Piaf, consacre ce soir un concert événement en hommage à la plus célèbre des chanteuses françaises, interprétée par la comédienne Anne Carrère. A cette occasion, ina.fr rend hommage à celle qui savait chanter l’amour comme nulle autre…

Chanter l'amour

Recette d'une chanson d'amour : « il faut que le compositeur ou l'auteur ait un amoureux ». Une recette simple, efficace, pour des chansons qui parlent d'amour de manière authentique, vraie. C'est pour cela que celles d'Edith Piaf sont devenues incontournables, voire universelles : elles ont traversé les pays et le temps. « La Vie en rose », « Mon Légionnaire », « L'Accordéoniste », et aussi « L'Hymne à l'amour »… toutes chantées par cette petite dame à la grande voix.

La naissance d'une môme

La séduction, Edith Piaf y a baigné dès son enfance. Son père, contorsionniste dans un cirque, est toujours sur les routes. Sa mère, chanteuse lyrique, ne s'occupe que peu de sa fille. La petite Edith Gassion, de son vrai nom, est alors élevée par sa grand-mère paternelle qui tient une maison close.
Née à paris le 19 décembre 1915, la petite Edith connaît bien le pavé : à l'adolescence, elle commence à chanter dans les rues des refrains populaires de mésaventures amoureuses… jusqu'au jour où son chemin croise celui de Louis Leplée. Ce gérant d'un cabaret très à la mode, le Genty's, est fasciné par cette demoiselle si fragile. A ce petit oiseau chantant, il trouve un nom de scène. « Môme Moineau » étant déjà pris, ce sera « la Môme Piaf ».

Des pygmalions…

En 1936, elle sort chez Polydor son premier album « Les Mômes de la cloche ». Mais Leplée se fait assassiner : les soupçons se portent sur une bande de jeunes gens que fréquente Edith. Sa carrière est mise à mal mais la chanteuse sait s'entourer.
 Par des pygmalions d'abord (Raymond Asso en 1937, auteur de « Mon Légionnaire » et « Le fanion de la légion » ; Jean Cocteau écrit pour elle la pièce « Le Bel indifférent » ; Georges Lacombe lui offre un rôle dans son film « Montmartre sur scène » ; Henri Contet signe plusieurs de ses titres), mais aussi par des amants…

… et des amants

En 1932, Edith Piaf vit avec Louis Dupont. Leur union a donné naissance à une petite Marcelle en 1933, malheureusement emportée par une méningite deux ans plus tard. En 1940, elle rencontre le comédien Paul Meurissse et en 1944 un certain Yves Montand…
 Un voyage à New York en 1947 : Edith Piaf est au sommet de sa gloire et tombe alors dans les bras de Marcel Cerdan. Pour lui, elle écrit « L'Hymne à l'amour ». Cette histoire entre « le roi de la boxe » et « la reine de la chanson » (comme les surnomment les journaux) est l'une des plus fameuses du XXe siècle… mais aussi l'une des plus tragiques. Le 28 octobre 1949, le boxeur meurt dans un accident d'avion. La chanteuse s'effondre : c'est une perte dont elle ne se remettra jamais. Sa santé, déjà fragile, se dégradera de plus en plus jusqu'à la fin de sa vie.

Vivre grâce à la chanson

Bien sûr, Edith Piaf connaîtra d'autres hommes : en juillet 1952, elle épouse le chanteur Jacques Pills. De plus en plus dépendante à l'alcool et à la drogue et malgré les cures de désintoxication, elle poursuit les enregistrements (toujours plus sublimes) et enchaîne les tournées dans les salles mythiques à travers le monde : l'Olympia en 1955, les Etats-Unis en 1956, l'Amérique Latine où elle revient avec deux futurs succès : « La Foule » et « Mon manège à moi ».
 Même affaiblie, même s'il lui arrive de s'évanouir sur scène, Edith Piaf se laisse enivrer par son véritable amour : celui du chant et de la musique. En 1958, Edith Piaf fait la connaissance de Georges Moustaki. Ce chanteur, auteur, compositeur lui écrit « Milord ». Entre eux, se tisse une relation houleuse qui se soldera par un échec quelques mois plus tard.

Eternelle amoureuse

Edith Piaf confie un jour : « je suis toujours amoureuse, je ne connais pas de moments où je ne le suis pas ». Elle confirme ses propos au début des années soixante en se rapprochant de Théo Sarapo, un jeune chanteur de vingt ans son cadet. Elle a l'impression qu'il est « un fils qui veille sur sa vieille mère » mais qu'importe. Ils s'aiment et posent leur deux voix sur « A quoi ça sert l'amour ? » en 1963.
 Quelques mois plus tard, Edith Piaf sombre dans un coma et choisit de se retirer à Plascassier, dans les Alpes-Maritimes. Elle décèdera le 11 octobre 1963.
 Lors de ses funérailles, des milliers de célébrités ou d'anonymes sont présents. Aujourd'hui encore, nombreux sont ses fans à se rendre au cimetière du Père Lachaise pour témoigner leur amour à cette môme qui ne regrette rien.