Disquaire Day

Redaction Ina le 14/04/2014 à 15:13. Dernière mise à jour le 23/06/2014 à 17:50.
Art et Culture - Musique / Zoom Sur

Depuis plusieurs années, musiciens, labels, et distributeurs se mobilisent dans les quatre coins de l’hexagone pour célébrer la musique. Fondé aux Etats-Unis en 2007 en réaction à la crise de l’industrie du disque, le Disquaire Day arrive en France en 2010. Un succès jamais démenti. Venez fêter la musique avec les disquaires indépendants !

disquaire 620

C’est devenu la grand-messe annuelle des amateurs de musique. Collectionneurs avisés, puristes du vinyle, ou simples mélomanes, tous se réunissent chez les disquaires le temps d’une journée pour partager leur passion et trouver la perle rare. Pour l’occasion, les professionnels mettent les bouchées doubles : editions limitées de vinyles 45 et 33 tours, rééditions, picture-disc, coffrets, concerts, boutiques éphémères, rencontres…

Le Disquaire Day voit le jour en 2007 aux Etats-Unis (baptisé Record Store Day outre Altantique) alors que l’industrie du disque est en pleine mutation. Les ventes de disques chutent et l’arrivée du MP3 et du streaming change la donne. A l’instar de nombreux libraires, les petits disquaires spécialisés et indépendants n’arrivent pas à faire face et sont contraints de mettre la clé sous la porte les uns après les autres.

C’est alors qu’une association de disquaires décide de promouvoir leur activité. Car au-delà du simple commerce du disque, c’est une véritable façon d’appréhender la musique et son industrie qui est défendue. Aller chez le disquaire devient un acte militant contre l’hégémonie des majors et les grands circuits de distributions.

Le succès est tout de suite au rendez-vous et le concept s’exporte en Europe. Ainsi la France célèbre le Disquaire Day depuis 2010 pour le plus grand plaisir des amateurs de vinyles. Cette année, la quatrième édition aura lieu le samedi 19 avril 2014 dans les établissements partenaires de l’opération. Venez fêter la musique avec les disquaires indépendants !

Ina.fr célèbre le Disquaire Day à sa façon et vous propose un voyage à travers ses archives sur les pas du vinyle et les mutations de l’industrie du disque.

 

Les premiers disques.

Gramophone, cylindre, enregistrement à saphir, enregistrement à aiguille, retour sur les originies du disque.

De l’intérêt du disque pour l’amateur de musique.

1947. Discussion autour du disque. On distingue la musique naturelle (celle qui est jouée en concert) de celle enregistrée sur disque. On soulève aussi l’intérêt du disque pour l’éductation musicale. En revanche pour les participants au débat, rien ne remplace l’expérience de la musique vivante pour le vrai mélomane. On s’inquiète de la qualité sonore de l’enregistrement. Des questions que l’on retrouve aujourd’hui avec le MP3 et les baladeurs numériques.

 

 

La qualité du disque.

Déjà en 1947, on se demande si l’avenir du disque n’est pas compromis. Au-delà du support, c’est bien de la qualité qu’il s’agit, Pour les intervenants : « le concert offre une troisième dimension, alors que le disque n’en propose que 2 ». On discute sur la stéréophonie (qui n’existe pas encore) et l’on met  en garde sur la propagation de la mauvaise musique. Il faut différencier le pratique du qualitatif.

 

1956. Apparition du mot disquaire.

Voici quelques conseils de l’époque pour ranger vos précieux vinyles.

 

1967. Apparition du disque de poche (comprendre le nouveau 45 tours).

Lancé par la maison Barclay, le disque de poche est un format idéal pour les jeunes qui veulent danser. Parmi les premiers noms éditer :Jimi Hendrix et Aretha Franklin.

 

1977. France Inter fête les 100 ans du phonographe.

 

L’édition discographique. Une émission de France culture de 1977.

On nous parle déjà ici du problème de stockage, de la faible proportion de bons disquaires sur le total des points de vente,de l’importance des petites maisons de disques et d’une nouvelle génération de disquaires spécialisés.

 

 

1980. Interview de Maurice Buisson, disquaire (Lido-musique) et pionnier du genre.

« Les mass-médias peuvent imposer un produit, mais les disquaires, non »

« Quand le disque est mauvais, vous avez beau le matraquer, il ne se vendra pas »

 

 

 

2003. Les disquaires sont-ils en voie de disparition.

Intervention d’Alex BoutariI : présentation du disquaire indépendant Cyber Production, distributeur français spécialisé dans la musique électronique (house, techno...). Il met en avant le contact privilégié avec le vendeur du disquaire spécialisé.

Intervention de Christophe Conte au sujet de la vente des disques à la FNAC.

La spécialisation des vendeurs; leur relation avec les distributeurs; leur autonomie dans le choix des produits. L'album "prix vert" de la FNAC.

Témoignage de Didier Wampas

Point de vue du chanteur Didier Wampas sur le disque. Il achète toujours quelques nouveautés à la FNAC mais avoue acheter moins de disques depuis deux ans. Il se souvient de New Rose, un disquaire parisien aujourd'hui disparu, qui était également un lieu de rencontre pour les punks le samedi après-midi.

Disquaire day 2012

 

Collectionneur de disque, une passion qui ne date pas d’hier ! Retour en 1950.