André Derain

Redaction Ina le 27/08/2014 à 12:44. Dernière mise à jour le 02/10/2017 à 17:01.
Beaux Arts

Le centre Pompidou consacre une rétrospective au peintre André Derain, le fondateur du fauvisme et maître à penser du cubisme, jusqu'au 29 janvier. Portrait d'un artiste controversé toujours en quête de nouveautés, le peintre renversé par une voiture le 8 septembre 1954 à l'âge de 74 ans.

Derain 312

1961. Man Ray évoque André Derain :

"Un homme qui m'impressionnait beaucoup plus que sa peinture"

 

Proche de Vlaminck et de Matisse, André Derain utilise dès ses premières toiles une palette aux couleurs vives. Ses compositions simples et éclatantes signent les débuts du fauvsime.

André Derain, poilu de la Guerre 14-18

Tout comme le poète Guillaume Appolinaire, Derain est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale. Dans les tranchées, l'artiste griffone sur des carnets et se passionne bientôt pour le dessin. Ainsi, après la guerre, il illustre le premier recueil de poèmes d'André Breton baptisé "Mont de piété".

Portrait, nature morte, peinture, dessin et même sculpture, André Derain est un touche à tout. Curieux de nature, il cherche sans arrêt à se réinventer. Aussi le peintre s'intéresse également au théâtre, à l'opéra et au ballet pour lesquels il réalise plusieurs décors et costumes.

1994. Rencontre avec Edmonde Charles-Roux qui fut amie et modèle du peintre

 

1941. En compagnie de plusieurs artistes français, Derain visite l'atelier d'Etat du sculpteur nazi Arno Breker

 

Dans la France occupée, André Derain collabore avec différents journaux nazis. Des choix et des contributions qui le stigmatise à la Libération. Le peintre s'écarte définitivement du milieu artistique et s'isole jusqu'à la fin de ses jours.

 

1977. Exposition André Derain au Grand Palais.

Le public découvre un peintre "isolé dans son époque"

1980. Exposition Derain au CAC d'Orléans.

La poésie des corps et des couleurs

André Derain, un homme de la diversité

André Derain à Montparnasse :

Témoignage des peintres Léopold Lévy, Monzain, et Georges Papazoff