Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un projet qui ne décollera jamais...

Redaction Ina le 02/07/2015 à 11:00. Dernière mise à jour le 17/01/2018 à 13:54.
Economie et société Politique La terre Environnement et urbanisme
Notre-Dame-des-Landes

Le Premier ministre a annoncé le 17 janvier 2018 la décision du gouvernement d'abandonner le dossier épineux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Retour sur l’histoire d’un projet qui n'aura jamais trouvé son envol après presque 50 ans de polémiques…

nddlplan620

Le 17 janvier 2018, le Premier ministre Edouard Philippe fait une déclaration officielle dans laquelle il annonce la décision du gouvernement d'abandonner le dossier épineux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il affirme également que les terres occupée de la "Zad" (zone à défendre) par les opposants au projet depuis cinq ans conserveront une vocation agricole. Viendront aussi des aides au développement pour les aéroports locaux de Nantes et de Rennes ainsi que le développement optimisé des liaisons ferrées entre le Grand-Ouest et Paris. Dernier point, il annonce la fin de la zone de "non droit" (squats, routes bloquées) et le départ volontaire ou l'expulsion des occupants illégaux du secteur début février. Enfin, les propriétaires terriens spoliés récupéreront la propriété légale de leurs exploitations.

Notre-Dame-des-Landes est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

La région a conservé un caractère rural très marqué. Cette culture agricole de bocage est suspendue depuis les années 70 au projet de construction d'un grand aéroport soutenu alors par Jean-Marc Ayrault.

Immédiatement contesté, le conflit larvé avec les riverains, n'a cessé de s'amplifier jusqu'à devenir le symbole de la lutte militante écologique.

Au début des années 2000, le projet d'aéroport du Grand Ouest est relancé, amplifiant la contestation.

Les grandes dates du projet:

Un imbroglio de plus de 40 ans !

1974. Le site de Notre-Dame-des-Landes est choisi pour remplacer celui de Château-Bougon jugé insuffisant.

Aéroport international, il permettrait de desservir la région de Nantes et l'ensemble des grandes villes de l'Ouest en général.

Explication du projet et réactions des habitants.

1989. Le projet ressort des cartons, malgré l'extension de Château-Bougon, 8e aéroport de France.

1992. Le conseil général de Loire-Atlantique étudie officiellement le projet.

2000. C'est officiel, le projet vieux de 30 ans, est validé par le Premier ministre d'alors, Lionel Jospin.

2006. Le "dinosaure des projets politico-économiques" fête ses 40 ans !

Un aéroport contesté

2002. Un millier d'opposants à l'aéroport se rassemblent sur place pour un grand pique-nique et exposent leurs griefs.

2003. À Nantes, 14 associations manifestent contre l'implantation. Leur objectif : faire annuler le plan.

La politisation du mouvement

2011. Des milliers de personnes investissent à nouveau Notre-Dame-des-Landes, le mouvement se politise avec la présence des Verts.

2012. Le site fait désormais l'objet d'une "guerre de position" entre les opposants installés sur place en permanence et les CRS venus les déloger.

Novembre 2012. Des dizaines de milliers de militants de tous les coins du monde sont attendus sur le site.

On craint les affrontements avec les forces de l'ordre. Les Verts et la Gauche se succèdent sur place.

Contestation vs répression

Occuper le terrain, c'est le mot d'ordre des opposants qui construisent des maisons. Tous revendiquent un autre choix de société, certains évoquent le Larzac.

Quelques jours plus tard, les "squatteurs" sont délogés par 500 gendarmes. La tension est extrême. Les tractopelles démontent les barricades.

Mai 2013. Entre 12 et 20 000 personnes réalisent une immense chaîne de solidarité de 25 kms autour de la ZAD (Zone à défendre) pour dire non au projet.

Les forces de l'ordre se retirent, la mobilisation populaire est intacte.

2014. Le Canard enchaîné jette un pavé dans la marre et pointe une absurdité : le futur aéroport serait plus petit que l'actuel, ce qui relance la contestation.

Février 2014. Une manifestation monstre dégénère à Nantes. Cécile Duflot, ministre du gouvernement Ayrault, soutient les opposants, cette prise de position provoque une polémique au sein du gouvernement.

Les débordements provoquent de nombreux dégâts dans les rues de Nantes.

Les organisations d'opposants au projet déposent plusieurs recours devant la justice et occupent des maisons abandonnées. Ils espèrent que les travaux ne débuteront pas avant les conclusions judiciaires.

En mars 2015, peu de temps avant d'entrer au gouvernement, Emmanuelle Cosse, alors à la tête du parti écologiste, déclare que ce projet est dépassé. Conçu bien avant les années 60, il ne répond plus aux besoins actuels de la région nantaise...

Septembre 2015. Un barrage d'opposants empêche la venue d'un juge des expropriations.

Pour aller plus loin : 

Feuilleton de France 3 Pays de la Loire sur ND des Landes (diffusion, mars 2015) : les recours écologiques; portrait de zadistes; C'est quoi la zad ?