Septembre 1938, Hitler réclame que les Sudètes, territoire tchécoslovaque peuplé de 3 millions d'Allemands, soient cédées au IIIème Reich. Il obtiendra gain de cause lors d'une conférence à Munich, les 29 et 30 septembre.

La signature de l'accord

Cette vidéo à base d'images d'archives décrit les dessous et les conséquences des accords de Munich, signés ans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, à Munich, berceau du nazisme, par Adolph Hitler, Benito Mussolini, Neville Chamberlain et Edouard Daladier. Il dépouillait la Tchécoslovaquie de la région des Sudètes, la privant ainsi de ses défenses naturelles et ouvrant la voie à l'annexion pure et simple de l'Allemagne moins de six mois plus tard.

"Le britannique Neville Chamberlain était convaincu d'avoir bien agit pour préserver la paix, Edouard Daladier était beaucoup moins assuré. Les dictateurs, allemand et italien exultaient. Les deux hommes d'Etat, anglais et français, rentraient chez eux ,conscients ou inconscients qu'ils venaient de sceller le destin d'une génération.

Inconscient, Chamberlain croyait avoir rapporté la paix "avec son petit bout de papier" comme dira Churchill avec un mépris prophétique.

Conscient, monsieur Daladier l'était tellement, qu'il hésitait à faire poser son avion au Bourget. La foule immense qui l'attendait, le Président français croyait qu'elle venait pour le huer. Lorsqu'il se rendit compte qu'on l'acclamait, Daladier murmura "Les malheureux, s'ils savaient ce qu'ils applaudissent".

Plus clairvoyant, Léon Blum se disait partagé entre "un lâche soulagement et la honte". Monsieur Henri de Montherlant écrivait : "Sur le demi-cadavre d'une nation trahie, sur les demis-cadavres de leur honneur, de leur dignité et de leur sécurité, des hommes par millions dansent la danse Saint Guy de la paix."

"La paix, moins d'un an plus tard, c'était la guerre."

Pour aller plus loin

Jalons : La conférence de Munich pour la résolution du problème germano-tchèque (Contexte et éclairage)

Quelques vidéos

Module réalisé pour France Info : Accords de Munich : Français et Britanniques plient devant Hitler (2016)

Flash sur le passé vidéo, (Septembre, 1964) 

Documents audio de 1938

Archives audio de 1938 : Trois semaines de lutte pour la paix : rétrospective Munich (Audio, septembre 1938)

Archives audio de 1938 : Après la signature des accords de Munich, reportages sur le soulagement manifesté à Paris (avec acclamation de Daladier au Bourget, audio, septembre 1938).

Archives audio de 1938 : Discours à l'Assemblée nationale de Georges Bonnet, ministre des affaires étrangères : il justifie longuement les décisions politiques franco-britanniques qui ont amené de la conférence de Londres jusqu'à la signature des accords de Munich. Il détaille les étapes des négociations avec l'Allemagne et affirme que, la mission de Walter Runciman ayant échoué en Tchécoslovaquie, l'affaire des Sudètes ne pouvait pas connaître un autre dénouement. (Audio, 1er octobre 1938)

Archives audio de 1938 : Discours d'Edouard Daladier devant les militants radicaux au congrès du Parti radical : "l'honneur de la France n'a pas été compromis, il n'y a dans cet accord de raison aucun caractère d'ultimatum". Il critique les auteurs de la campagne antimunichoise qui " l'heure des extrêmes périls étaient moins bruyants". Il se prononce pour un rapprochement et une collaboration franco-allemande, dans une égale estime réciproque, "car la guerre ne résout plus rien dans les temps présents." Enfin, il  remercie le parti radical qui l'a soutenu dans son effort et regarde la situation internationale et estime que "la paix a été sauvée". Il raconte comment il a surmonté la crise tchécoslovaque. (Audio, 29 octobre 1938).

Rédaction Ina le 25/09/2018 à 11:54. Dernière mise à jour le 25/09/2018 à 12:05.
Histoire et conflits Seconde Guerre mondiale