A la découverte des Maoris

Redaction Ina le 19/05/2017 à 17:27.
Economie et société Art et Culture

A l'occasion de l'exposition "La pierre magique des Maoris", qui se déroule du 23 mai au 8 octobre 2017 au musée du Quai Branly, focus sur ce peuple polynésien autochtone de Nouvelle-Zélande.

maori620

Pourquoi ne pas commencer par apprendre à se vêtir à la Maori ?

L'art de porter le paréo, 1966

 

Où rencontrer un Maori ? Sans aucun doute dans un "maraé", la maison publique, symbole vivant de la culture maori des Polynésiens de Nouvelle-Zélande. C'est le lieu des grandes manifestations collectives, le maraé est composé d'une grande place ouverte et d'une maison aux poutres apparentes ornées de symboles arrondis polynésiens.

Visite d'un maraé, 1979

 

Qui dit regroupement, dit chants et musique traditionnelle.

Démonstrations de danses et de chants traditionnels polynésiens maoris, 1979

 

Danse masculine, 1983

L'artisanat maori est très varié. En 1982, à l'occasion d'une fête culturelle, la télé se penchait sur les richesses de la culture maori.

Artisanat maori, 1982

Autre tradition très ancrée chez les Maoris: l'art du tatouage. Un véritable art de vivre depuis le XIXe siècle. Un Maori explique sa signification.

Art du tatouage, 1984

Le tatouage est un langage symbolique inscrit dans la chair. Clément Pito, défenseur de la culture maorie à Tahiti revient sur l'étymologie des mots "tatouage" et "tabou" qui viennent des langues polynésiennes et notamment du maori.

Le tatouage : origines, significations et mode, 1999

La culture maorie a intrigué les Européens qui n'ont pas hésités à exporter des objets variés, à l'instar des têtes momifiées maories, comme ces 20 têtes ramenées par des explorateurs à la fin du XIXe siècle et conservées depuis 1826 au muséum d'histoire naturelle de Nantes. En 2012, à l'initiative de la sénatrice Catherine Morin-Desailly qui a dû batailler longtemps pour faire admettre que les têtes Maori devaient quitter les musées français. Elles sont restituées à une délégation Néo-zélandaise, en présence de Frédéric Mitterrand, alors ministre de la culture.

Restitution de têtes maories, 2012