Selon Mediapart et "Envoyé Spécial", le Paris-Saint-Germain aurait mentionné des critères ethniques lors de l'évaluation de jeunes joueurs entre 2013 et 2018. Une polémique qui rappelle celle de la FFF et Laurent Blanc en 2011...

"Oui, il faut des espèces de quotas, mais il ne faut pas que cela soit dit."

               François Blaquart, Directeur technique national - 2010

Ces propos auraient été tenus en Novembre 2010 lors d'une réunion tenue au sein de la Fédération Française de Football (FFF). En compagnie du sélectionneur national Laurent Blanc et Erick Mombaerts, celui des Espoirs, Francois Blaquart aurait été favorable à l'idée d'instaurer des quotas ethniques dans les centres de formation. Ces quotas concernaient les joueurs ayant la double-nationalité et susceptibles de choisir leur pays d'origine et non l'équipe de France. C'est Mediapart qui a révélé l'information en avril 2011. 

Suite à cette polémique, le président de la FFF, Fernand Duchaussoy, contestait avec véhémence cette polémique sans toutefois démentir les propos tenus par François Blaquart : "Non, il n'y a jamais eu quoi que ce soit ou de directives. Ça me choque d'entendre un certain nombre de mots. Par contre, je ne peux pas être présent partout et le fait que lors de discussions, il y ait eu des gens qui ont eu des propos qui ont dépassé leurs pensées, c'est l'enquête qui le dira." Quelques minutes plus tard, c'était au tour de Laurent Blanc de démentir : "On me reproche une certaine discrimination. J'ai du mal à le supporter. Je dis qu'à ma connaissance, il n'y a pas de projet officiel qui prévoit des quotas de joueurs". De son côté, Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart et auteur de l'article, affirmait bien que ces propos avaient été tenus par le sélectionneur de l'équipe de France de football : "Quand il dit qu'il n'a jamais entendu parler de quotas, nous disons qu'il ment. Non seulement il en a entendu parler mais en plus il a dit qu'il en était tout à fait favorable."

Sept ans plus tard, c'est au tour de la cellule de recrutement du Paris-Saint-Germain d'être dans le collimateur du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) et de la Ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Le club parisien aurait mentionné des critères ethniques dans des fiches d'évaluation de jeunes joueurs entre 2013 et 2018, révèlent Mediapart et "Envoyé Spécial". Le club dénonce ici une "initiative personnelle" de la part de Marc Westerloppe, l'un des responsables du service.

Rédaction Ina le 09/11/2018 à 14:28.
Sport