Anne Hidalgo, maire de Paris, inaugure jeudi 8 mars 2018 la rue Antoinette Fouque dans le XXe arrondissement, à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes. Antoinette Fouque était une militante féministe et une figure de proue du Mouvement de libération des femmes (MLF).

On le sait moins, c'est elle notamment qui demanda au président François Mitterrand d'institutionnaliser une journée nationale des femmes le 8 mars en France. Elle voulait même aller plus loin : que ce soit un jour férié, chômé et payé. Elle explique pourquoi en décembre 1981, et en quoi cette journée serait différente du 1er mai.

"Les femmes sont travailleuses à la puissance 3"

"Les femmes se reconnaissent dans le 1er mai quand elles sont travailleuses professionnelles, avec un travail rémunéré. Mais les femmes sont aussi des travailleuses dans le travail domestique. Un travail au noir, non rémunéré. Le 1er mai ne leur reconnaît pas ces deux formes de travail. Les femmes ont produit cette année plus de 800 000 enfants. Ce sont deux modes de production qui ne sont pas pris en compte par le 1er mai. Les femmes sont travailleuses à la puissance 3. Et cette journée leur est due…"

A propos de François Mitterrand à qui le MLF a envoyé sa demande, elle ajoute : 

"Si le gouvernement s'était montré hostile à cette proposition, nous aurions demandé un ordre de grève général des femmes pour le 8 mars. Non seulement il ne s'est pas montré hostile, mais le Président de la République, à qui nous avons écrit directement, nous a répondu dans les trois jours. Ce qui est extrêmement bienveillant et attentif de sa part, avec un avis très favorable, sympathique, a-t-il dit, mais difficile. La difficulté, nous ne connaissons que ça et ce n'est pas ça qui va nous arrêter."

Le gouvernement socialiste officialisera la journée de la femme quelques mois plus tard, le 8 mars 1982, cinq ans après sa reconnaissance officielle par les Nations Unies.

Qui était Antoinette Fouque ?

cab8101624001-antoinette-fouque-demande-une-journee-de-la-femme

Diplômée universitaire, Antoinette Fouque s’engage activement dans la défense des droits des femmes. Elle cofonde en 1968 le Mouvement de libération des femmes (MLF), et les éditions Des Femmes en 1973, afin d’encourager les femmes à écrire.

À travers le MLF et l’association Alliance des Femmes pour la Démocratie (AFD) créée en 1989, elle étend son combat en développant une politique de solidarité active, autour des femmes en lutte à travers le monde. C’est dans ce cadre qu’elle rencontre l’anti-franquiste espagnole Eva Forest, la Birmane Aung San Suu Kyi, la Bangladaise Taslima Nasreen ou encore la Turque Leyla Zana.

Élue députée au Parlement européen de 1994 à 1999, elle poursuit son combat pour les droits des femmes, tourné vers l’Europe et l’international, à travers des commissions et des conférences organisées par les Nations Unies.

Antoinette Fouque décède le 20 février 2014 à Paris. Elle était Commandeure de la Légion d’honneur, Grand officier de l’Ordre national du Mérite et Commandeure des Arts et des Lettres.

Pour aller plus loin

fouque-620

Crédit photos : AFP

Plus de vidéos et d'audios sur Antoinette Fouque

Sexisme partout et tout le temps (module, 2018)

Viol. Que fait la République ?(module, 2018)

Le sexisme en politique (article)

Plus de documents sur le sexisme

Rédaction Ina le 08/03/2018 à 11:14. Dernière mise à jour le 08/03/2018 à 15:14.
Economie et société