Le 16 mars 1968, les Américains provoquaient un massacre dans le village de My Lai (ou Song My ) qui allait accélérer la fin de la guerre du Vietnam. Un an plus tard, au printemps 1969, le moral des troupes américaines est au plus bas : ce massacre est révélé par la presse et les manifestations contre la guerre du Vietnam se multiplient.

Novembre 1969. La presse américaine vient de révéler un crime de guerre et le massacre de villageois sud vietnamiens noyés en représailles contre le Vietcong à My Lai. C'est le FNL qui a alerté le Nord Vietnam sur ce massacre par les troupes américaines. Le gouvernement sud vietnamien dément que ce massacre ait bien eu lieu.

Le 22 novembre 1969. Rebondissement. Le sergent Bernard fait une déclaration et reconnait les faits. C'est un article de Jonathan Randal du "Washington Post" qui a révélé l'affaire. Il répond en français à une interview : "On a parlé de cette affaire en mars 1968 après l'offensive du Têt, mais on croyait que c'était de la fausse propagande [...] Il n'y aura peut-être pas d'effets sur la conférence de Paris mais le Pdt Nixon subira de plus grandes pressions contre la guerre."

Les langues se délient. Dans cette vidéo du 25 novembre 1969, l'un des soldats présent ce jour-là raconte les faits. Il s'appelle Paul Medlaw et accepte de témoigner face caméra : "Combien en-avez-vous tué ? lui demande le journaliste. "Je ne sais pas. J'ai reçu l'ordre de le faire."

3 décembre 1969. Jacques Abouchar se rend dans les ruines du village. Il y rencontre deux rescapés de la tragédie. Ils racontent comment les choses se sont passées ce jour-là, quand le commando dirigé par William Calley a commis ces exactions et comment ils ont échappé au massacre (en vietnamien, sans traduction).

Le 11 décembre 1969. Au micro d'Olivier Todd, Jean-Paul Sartre réagit à la déclaration du président Nixon qui considère que ce massacre n'était qu'un acte isolé".

"Imaginez, sans pousser plus loin, la comparaison que pendant la dernière guerre, un haut fonctionnaire allemand ait déclaré que le massacre d'Oradour était un incident isolé… Qu'en penseriez-vous ?"

Le 19 décembre 1969. Le lieutenant William Calley est-il coupable d'avoir participé au meurtre de près de 500 villageois vietnamiens ? En tout cas l'Amérique s'interroge sur sa responsabilité.

Témoignages de proches du militaire sur son sens moral du lieutenant : son ancien directeur d'école William H. Thomas estime qu'il était "un jeune américain type", Charles Queen, un de ses amis qui l'avait revu quelques mois après le massacre affirme "Il n'était pas particulièrement troublé. Bien-sûr, il n'aimait pas la guerre du Vietnam mais il avait conservé tout son sens moral. Il était tout à fait capable de distinguer le bien du mal". Pour sa jeune sœur, il n'y a aucun doute "Mon frère est très bon, tout le monde l'aime et je ne crois pas à sa culpabilité".

Des anciens combattants du Sud prennent également sa défense en alléguant qu'ils ont aussi bombardé des villages et tué des civils. D'autres demandent une médaille pour son héroïsme. Ils rejettent la cour martiale. L'opinion publique s'agite, ainsi, un instituteur de la région de New York porte un brassard noir en signe de deuil pour les victimes vietnamiennes. Un conseil de ville s'organise pour savoir si on doit le renvoyer. Il ne le sera pas mais les anciens combattants demandent à ce qu'on explique aux jeunes ce qu'est le métier de soldat (et ses implications).

En avril 1971, le lieutenant est condamné pour le massacre mais beaucoup considèrent que c'est un lampiste de 24 ans qui a été condamné, Emmanuel de la Taille revient sur les réactions au verdict.

Le 6 avril 1969, une manifestation pacifiste est organisée devant le Capitole à Washington, avec en toile de fond le massacre de My Lai de 1968 et le verdict du procès du lieutenant Calley, 24 ans, jugé responsable du massacre. De monstre, Calley devient victime, car beaucoup considèrent que c'est "un pauvre type envoyé là-bas pour faire la guerre" qui a été sacrifié à la place les décisionnaires. La foule réclame justice et la fin de la guerre.

Pour aller plus loin

L'interview complète de Jean-Paul Sartre par Olivier Todd sur le massacre de Song My (11 décembre 1969; 14'00) 

Rédaction Ina le 16/03/2018 à 14:09. Dernière mise à jour le 16/03/2018 à 16:45.
Histoire et conflits