Bilan : Jacques PAUGAM reçoit François MITTERRAND - Audio Ina.fr

Bilan : Jacques PAUGAM reçoit François MITTERRAND

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Bilan : Jacques PAUGAM reçoit François MITTERRAND

audio 28 janv. 1975 626 vues 01h 02min 02s

Jacques PAUGAM reçoit François MITTERRAND, premier secrétaire du Parti socialiste à l'occasion de la sortie du livre "La paille et le grain". Ils abordent ensemble de nombreux sujets aussi bien politiques, historiques, philosophiques que personnels. - La crise économique. Les modèles capitalistes et communistes. L'avancée du socialisme en France et le changement qu'apporterait un gouvernement socialiste ; la dimension historique du mouvement de mai 68 et son exploitation politique. La morale socialiste ; les théories économiques socialistes ; les rapports entre le christianisme et le socialisme ; sa condition sociale ; son attachement à la terre et à la nature ; son image de la France ; son intérêt pour la géographie ; propos sur le bonheur ; son opposition au sectarisme ; son analyse du marxisme ; ses études à Paris ; sa rencontre et ses relations avec le général de GAULLE ; ses points de désaccord avec le général de GAULLE ; la création du RPF ; sa candidature aux élections présidentielles de 74 ; Georges POMPIDOU; le référendum de 1969 ; Valéry GISCARD D'ESTAING et son programme politique et économique ; son opinion sur le procès de Pierre GOLDMAN, sur la justice française ; sa conception de la culture du rôle qu'elle joue dans la société ; sa rencontre avec MAO Tsé Toung. Diffusé le 28 janvier 1975 sur France Culture. - A 01H03'58 : Jacques PAUGAM reçoit François MITTERRAND, premier secrétaire du Parti socialiste à l'occasion de la sortie du livre "la paille et le grain" : - A 01H04'58 : la crise économique actuelle du capitalisme et ses origines ; l'évolution du capital (il augmente et se concentre); tout est fondé sur un profit et l'exploitation de la misère puis la recherche de la rentabilité par l'inflation. L'âge d'or a été remplacé par la jungle. C'est une remise en question de la civilisation qui ne lui semble pas intéressante. - A 01H10'37 : l'évolution des pays à régime socialiste ; les pays communistes ne sont pas encore atteints par cette crise. Il décrit l'Allemagne de l'Est. L'appétit de croissance à l'est est différente que celle de l'ouest. Quels phénomènes l'angoisse peut-elle créer ? Un refus moral d'une certaine société, souvent prônée par les "biens-nés ". Quand les classes moyennes se prolétarisent elles vont dans le sens du fascisme. Il en explique les raisons. L'évolution de la classe moyenne vers le tertiaire limite ces risques de dérives mais ne les annule pas. - A 01H18'02 : L'avancée du socialisme en France et le changement qu'apporterait un gouvernement socialiste. Il commence à expliquer pourquoi le socialisme n'a pas encore occupé le pouvoir. L'arrivée au pouvoir du socialisme signifierait un changement de société. Le moment arrivera bientôt où un gouvernement socialiste pourra exercer le pouvoir. Il explique ce fait d'un point historique. Il cite un livre de MARX sur 1948 et fait un parallèle avec Mai 68. - A 01H21'29 : la dimension historique du mouvement de Mai 68 et son exploitation politique ; l'attitude des socialistes lors de l'affaire LIP (ils sont restés en retrait). Comment les socialistes changeront le comportement des français (exemples). La morale socialiste ; les théories économiques socialistes. - A 01H25'45 : les rapports entre le christianisme et le socialisme ; le christianisme a été absent de la période du XIXème siècle où il a fallu choisir un modèle social. - A 01H28'44 : cite MONTAIGNE pour répondre à la question "croyez-vous en Dieu? " , il ne sait si il croit ou pas mais ce sujet le passionne, tout homme cherche un sens à sa présence sur Terre. Il se considère comme un déïste, croit que tout cela a un sens mais ne sait pas lequel. - A 01H30'06 : son origine provinciale, son attachement à la terre et à la nature ; ses origines familiales. Il cite TCHEKOV sur les progrès et la nature. Le progrès est aussi une façon d'aimer les hommes en acceptant les progrès de la science. - A 01H34'08 : Son image de la France ; les régions françaises qu'il aime, il ne les connaît pas toutes. Son intérêt pour la géographie. Il fait une digression sur son côté" paysan "et les paysans proches de la nature qu'elle soit rude ou aimable. Propos sur le bonheur (c'est une injustice) ; Sa vision personnelle du bonheur. La responsabilité des gens heureux. Jancénisme et gauche française. - A 01H40'07 : son opposition au sectarisme qui est un peu dans la nature des partis (parallèle avec le militantisme); risque d'isolement des partis. - A 01H41'40 : Son analyse du marxisme. - A 01H42'35 : ses études de droit à Paris ; - A 01H43'49 : La grande importance de l'homme dans l'histoire, un homme peut faire avancer ou reculer l'histoire d'un siècle ou deux. Sa rencontre (en 1943) et ses relations avec le général de GAULLE à Alger ; le fait qu'il voulait imposer ses volontés le braquait et il a dit non. On ne comprend pas la résistance intérieure quand on ne voit pas qu'elle a été confisquée par la résistance extérieure. Le général de GAULLE a veillé à l'étouffer, en quelque sorte, pour éviter la concurrence. L'importance du gaullisme ; ses points de désaccord avec le général de GAULLE ; la création du RPF auquel il n'a pas participé et a combattu. - A 01H48'02 : Un grand homme politique ne peut naître que par la rencontre avec l'événement. LE GRAND événement lui manque parfois. Sa candidature aux élections présidentielles de 1974. C'était un moyen de faire avancer la société à laquelle il croit. Il ne jugera pas la réussite de sa vie à son élection à la présidence de la République. Veut porter le Parti socialiste au pouvoir même si il n'y participe pas lui-même. - A 01H52'05 : il estime avoit déjà plus marqué l'histoire que Georges POMPIDOU. Georges POMPIDOU et la pensée pompidolienne, la mort l'a empêché d'être ce qu'il était ; le référendum de 1969 ; Valéry GISCARD D'ESTAING et son programme politique et économique (il explique ce qu'il pense de lui), il ne va pas au bout des choses, il" fait briller, il a toujours son chiffon à la main et essuye partout ". - A 01H56'54 : Son opinion sur le verdict du procès de Pierre GOLDMAN. A vu dans cette condamnation une certaine revanche d'un type de société contre un homme qui l'avait rejeté. Sur la justice française. - A 02H00'07 : sa conception de la culture, du rôle qu'elle joue dans la société. Importance de l'éducation dès le tout jeune âge. Donner à tous les mêmes clés. - A 02H01'03 : sa rencontre avec MAO Tsé Toung. - A 02H04'30 : François PAUGAM désannonce l'entretien.

Générique

participant

François Mitterrand

présentateur

Jacques Paugam

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies