Partager
Ajouter Acheter
13 déc. 1979 317 vues 01h 23min 17s

Documentaire radiophonique en cinq parties, quatrième volet. Cette semaine, la série s'intitule "Le troisième oeil". Evocation des voyants, numérologues, astrologues,des sorcières, du diable et des superstitions. Que reste-t-il du démoniaque dans not... + de détails

Documentaire radiophonique en cinq parties, quatrième volet. Cette semaine, la série s'intitule "Le troisième oeil". Evocation des voyants, numérologues, astrologues,des sorcières, du diable et des superstitions. Que reste-t-il du démoniaque dans notre inconscient collectif ? Aujourd'hui les lieux et objets envoûtés.

En fin d'émission Laure ADLER reçoit Danièle CARRER et Geneviève YVER pour leur livre « La désencraudeuse, une sorcière d'aujourd'hui », : enquête dans le Cotentin sur une femme qui petit à petit s'est sentie investie d'une mission et est devenue sorcière.

- CD A;
- Plage 1 : série « Le troisième oeil ». Que reste-t-il du démoniaque dans notre inconscient collectif ? ;
- A 01'26'' : une femme lit une lettre qu'on lui a envoyée sur une chaîne Saint Antoine. Elle a eu peur en recevant cette lettre et a failli faire ce qui était demandé dessus. ;
- A 03'10'' : musique.;
- A 03'36'' : une femme dans un lieu public parle d'une boutique dans sa rue. Elle a été fermée pendant 10 ans il y a 30 ans et depuis elle a été vendue au moins 8 fois. A chaque fois cela ne marche pas. ;
- A 03'58'' : musique. ;
- A 04'10'' : une femme dit qu'il y a des lieux d'où elle est partie en courant. Musique. ;
- Plage 2 : début de la série avec pour thème ce soir lieux et objets chargés. ;
- A 00'12'' : Lucie DÉSIDÉRI explique qu'il y a des lieux qui sont perçus comme dangereux, chargés de forces occultes. ;
- A 01'20'' : musique. ;
- A 01'48'' : mademoiselle CHARLET explique sur fond musical qu'il y a des envoûtements qui se font sans envoûteurs. Il y a des objets qui portent en eux tout un tas de vécus différents mauvais. ;
- A 04'10'' : sur un endroit comme le Père Lachaise. ;
- A 04'40'' : bruits de voiture. ;
- Plage 3 : une femme explique que depuis 20 ans elle avait des problèmes de santé. En août 1973, elle a rencontré un exorciste. Il a tout de suite vu qu'elle était envoûtée mais elle n'y croyait pas. ;
- A 02'00'' : son expert comptable pensait qu'elle allait faire faillite. Il n'a pas compris comment son affaire a remarché. ;
- A 02'44'' : le père est selon elle venue ici pour lui lever un interdit qu'elle avait. ;
- A 03'45'' : musique. ;
- Plage 4 : intervention de Monsieur B., prêtre. Il explique qu'il y a une possibilité de matérialiser tout le mal qu'on a sur soi. Il décrit la méthode utilisée avec une pierre. ;
- A 01'44'' : il montre une pierre utilisée. Elle lui a montré un cancer de l'utérus. ;
- A 02'58'' : musique. ;
- Plage 5 : Monsieur DUMAS, spirite parle de Allan KARDEC, fondateur de la doctrine spirite. C'est selon lui un des précurseurs de la parapsychologie. Il a fait un classement des différents phénomènes paranormaux. ;
- A 01'12'' : c'est ainsi que le spiritisme explique les apparitions, les matérialisations partielles d'organes. Exemples. Exemple de moulage de mains. ;
- A 02'58'' : la théorie du spiritisme. ;
- A 04'00'' : il a assisté à une matérialisation d'une petite danseuse dans une réunion à Londres avec un médium écossais. ;
- Plage 6 : description de cette matérialisation. Aucun trucage n'était possible. Il y avait bien eu un phénomène paranormal. ;
- A 00'46'' : musique. ;
- Plage 7 : intervention de Madame P, ethnologue. Quand elle est entrée au musée des arts et traditions populaires, elle a découvert le rapport que les gens ont avec ces objets. ;
- A 01'05'' : quand ces objets sont arrivés au musée, il y a eu différents problèmes liés à la conservation de ces objets. ;
- A 01'38'' : ils ont finalement fait venir un magnétiseur. Il a fait une séance dans les bureaux. Exemple sur un miroir. ;
- A 04'10'' : récit sur un miroir envoûté. ;
- A 06'03'' : musique. ;
- Plage 8 : intervention de Jean Paul FAVENT, antiquaire. Il raconte qu'il a acheté dans une galerie un récipient en cuir de récupération. Description de l'objet. Sur l'impression très forte que procurait cet objet. Il lui a été vendu comme un objet de sorcellerie du Berry. ;
- A 01'10'' : les autres renseignements qu'il a obtenus à l'exposition. Ce récipient servait à recevoir les clous de cercueil pour les cérémonies d'envoûtements dans le Berry. ;
- A 02'19'' : musique. ;
- Plage 9 : Paris, décembre 1979 lors d'une exposition sur l'art démoniaque au Louvre des Antiquaires. Une femme explique que pour le moment cela ne lui fait pas trop peur. ;
- A 00'52'' : une autre femme parle des objets qu'elle a vus. Ils sont beaux et inquiétants. ;
- A 01'06'' : une autre femme explique que cela la fascine. Elle a prêté des objets et participe à l'exposition. ;
- A 02'27'' : M. de MONTAIGU parle des outils des sorciers. Il est sorcier à Paris. La sorcellerie est une chose individuelle.;
- A 03'50'' : les supports utilisés. Sur la fabrication d'une petite statuette. ;
- Plage 10 : la qualité la plus importante en sorcellerie c'est l'imagination. Le point sur une statuette de caractère anthropomorphe. Il ne faut pas faire du fétichisme au niveau des objets de la sorcellerie. Cela se résume à des choses simples. ;
- A 01'23'' : lors de l'exposition. Une femme lit un texte d'envoûtement. ;
- A 03'52'' : musique. La journaliste sur ce fond musical explique que ce texte exposé au Louvre des Antiquaires était lu par une visiteuse de l'exposition. Musique. ;
- Plage 11 : intervention de Jeanne FAVRET SAADA, ethnologue. Elle sort une médaille qu'on lui a envoyée avec une notice explicative. Elle lit la lettre qu'on lui a envoyée pour parler de cette médaille miraculeuse. ;
- A 02'00'' : description de la médaille. Dans la notice, il y a une explication sur les effets de la médaille. Elle lit cet extrait. ;
- Plage 12 : on lit aussi des séries de miracles ayant eu lieu grâce à cette médaille. Lecture de la médaille pour combattre les maladies. ;
- A 01'02'' : les ensorcelés se servent de cette médaille pour se protéger. Ils trempent la médaille dans l'eau bénite et la fixe aux seuils des maisons ou des étables ou sur les berceaux. ;
- A 01'47'' : elle lit la suite du texte. La référence à Saint Benoît sert seulement à nous faire supporter des épreuves. ;
- Plage 13 : toute religion doit désavouer perpétuellement ce lien avec la religion mais elle sait aussi très bien que c'est grâce à cela qu'elle a sa clientèle. ;
- A 01'46'' : musique. ;
- Plage 14 : intervention du Père MEYET, chargé des relations avec la presse au Diocèse de Paris. Il explique que la question de médailles et d'images est une chose très respectable. Jamais dans l'évangile il n'a été dit qu'une médaille serait donnée à ceux qui veulent s'écarter du mal. ;
- A 01'18'' : musique. ;
- A 01'35'' : il explique qu'il a été militaire et a fait la guerre lors de la campagne de 1940. Il se souvient qu'avant d'embarquer, il a été sollicité par un homme qui lui a demandé de bénir sa médaille de Sainte Thérèse. ;
- A 02'29'' : musique. ;
- CD B;
- Plage 1 : une femme lors de l'exposition explique que le diabolisme est intéressant car il a permis des créations.;
- A 00'16'' : Jean Paul FAVENT, antiquaire, explique que les objets ayant rapport avec la sorcellerie sont liés à l'art populaire. Ils se rattachent à l'art brut. Les objets de sorcellerie fabriqués par les particuliers sont simplement le symbole de ce qu'il y a à l'intérieur d'une personne. ;
- A 02'20'' : musique. ;
- Plage 2 : intervention de JOURNIAC, plasticien. 16.000 personnes sont venues à cette exposition. Les gens ont besoin de l'art démoniaque. Après avoir atteint le degré zéro de la peinture, il faut réinventer l'art en utilisant les mythes religieux, magiques, pour atteindre quelque chose de différent. Il croit fondamentalement que les objets faits par l'homme dans un but précis, sont porteurs d'une charge soit dangereuse soit maléfique. Exemple du portrait de Dorian GRAY. ;
- Plage 3 : chanson.;
- Plage 4 : Laure ADLER reçoit un auteur sur le même thème de la série. Elle parle de « La désencraudeuse, une sorcière d'aujourd'hui », livre de Danièle CARRER et Geneviève YVER : elles ont fait une enquête dans le Cotentin sur une femme qui petit à petit s'est sentie investie d'une mission et est devenue sorcière. ;
- A 00'27'' : Danièle CARRER explique qu'elle a entendu parler de cette femme par la radio et la presse. Cette femme a été arrêtée pour escroquerie et non assistance à personne en danger. Elle et sa collègue se sont rendues dans son village pour connaître cette histoire. ;
- A 01'08'' : sur l'histoire de cette femme qui n'avait rien de spécial. Elle décrit la femme. Peu à peu, après la mort de son fils elle a commencé à se sentir dotée de pouvoirs. Elle les a exercés sur son entourage et des gens venus de plus en plus loin. Son fils est mort à 20 ans sans qu'on en sache la cause et elle n'a pas voulu admettre qu'il soit mort. Un an après elle a eu une vision : description. L'emprise qu'elle a sur les gens est tout à fait réelle. ;
- A 02'53'' : à partir de cette apparition, elle a fait de la chambre de son fils un lieu de culte. Elle a commencé à soigner les bêtes. Elle faisait des simulacres de sorcellerie. ;
- A 03'45'' : tout le monde a alors cru qu'elle avait l'accord officiel de la religion. ;
- Plage 5 : Les séminaristes ont inventé une pseudo religion autour d'elle. Cela a pris des proportions délirantes mais les gens continuaient à la suivre. ;
- A 01'46'' : petit à petit cette femme s'est laissée dépasser par le désir des autres. C'est ce qu'elles ont voulu montrer dans leur étude. Elle répondait en fait au besoin que les gens avaient d'elle. ;
- A 02'23'' : son arrestation et sa condamnation. Un de ses fidèles se laissait mourir de faim et se disait possédé du diable. Elle a été accusée de cette maladie après 20 ans de cette activité. ;
- Plage 6 : aujourd'hui, elle est revenue dans sa maison mais ne reçoit plus de gens. Elle est marquée et vieillie par cette arrestation. ;
- A 00'32'' : musique

  • Emission
  • Nuits magnétiques