Nuits magnétiques : émission du 21 février 1984 - Audio Ina.fr

Nuits magnétiques : émission du 21 février 1984

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
2,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur

Nuits magnétiques : émission du 21 février 1984

Nuits magnétiques

audio 21 févr. 1984 509 vues 01h 24min 57s

- A 0'31 " :Chapeau de la série de Nuits magnétiques de la semaine. - A 1'26 : Alfred HITCHCOCK "How do you do, I am Alfred HITCHCOCK..." (avec Cris et musique) - A 1'58" : Musique - A 2'32 : Laure ADLER : souvenir de "Les oiseaux". Cite Alfred HITCHCOCK sur la peur chez les spectateurs puis musique et annonce des thèmes des Nuits magnétiques. - A 3'59 " :Patricia HITCHCOCK (anglais, traduction simultanée) : les débuts de son père, assistant réalisateur. Son départ d'Angleterre en mars 1939 pour s'installer aux Etats-Unis et devenir citoyen américain. Alfred HITCHCOCK a fait des films pour la "France Libre". - A5'22" : Extrait d'un monologue en anglais (voix de femme). - A 6'39 : Bruno VILLIEN : le départ d'Alfred HITCHCOCK pour Hollywood, son premier film aux Etats-Unis "Rébecca". Ses trois films patriotiques sur la guerre n'ont pas empêchés les critiques en Angleterre sur ceux qui étaient partis aux Etats-Unis. Son retour à Londres pour faire deux films pour la "France Libre" : L'aventure malgache sur la lutte à Madagascar entre Gaullistes et Pétainistes a été interdit, "Bon voyage" sur un agent double Résistance-Gestapo. - A 10'30 : Musique - A 11'15 : Patricia HITCHCOCK : le trouble de son père le jour de la déclaration de guerre. - A 11'55 : Extrait en français d'un dialogue de "Les enchaînés" - A 12'38 : Bruno VILLIEN : question après guerre, que faire des nazis, traitée dans ce film. Les films engagés d'Alfred HITCHCOCK à partir de 1933. Exemple de "Une femme disparaît". - A 14'32 : extrait en français d'un dialogue de "Les enchaînés". - A 15'42 : Patricia HITCHCOCK : son père n'était pas politisé. - A 16'23 : Extrait d'un dialogue en anglais de "Les enchaînés". - A 17'17 : Archives Radioscopie 18.01.1971. Alfred HITCHCOCK "contre le cinéma fait pour se satisfaire soi- même" sa conception du cinéma, "art le plus neuf du XXème siècle". (Traduction alternée) - A 19'22 : Extrait d'un dialogue en anglais. - A 20'47 : François TRUFFAUT : thème favoris d'Alfred HITCHCOCK : l'homme innocent pourchassé. Commente une phrases "je veux faire des films sans trou, ni tâche". Le rythme dans les films. - A 23'25 : Musique - A 23'45 : Alfred HITCHCOCK en français la surprise et le suspense. - A 24'30 : Musique - A 25'15 : Pascal BONITZER : suspense inventé par GRIFFITH et élaboré de façons spécifique chez Alfred HITCHCOCK. Exemple de "Fenêtre sur cour", fenêtre avec le point rouge du cigare, signe du crime. Correspondant 17. - A 27'05 : Extrait d'un dialogue en anglais - A 28'46 : François TRUFFAUT : le prétexte du film n'a pas d'importance exemple de "Notorious" (Les enchaînés) - A 30'22 : Fin de la bobine Bobine B / Fichier 2 Alfred HITCHCOCK : raconte une histoire (extrait de la radioscopie de 1971, traduction alternée). - A 1'31 : Extrait en français d'un dialogue de "Les enchaînés" - A 2'06 : François TRUFFAUT : la vraisemblance-invraisemblance et la plausibilité chez Alfred HITCHCOCK. - A 3'40 : Musique - A 3'57 : François TRUFFAUT : les obsessions d'Alfred HITCHCOCK : la nourriture, les perversions amoureuses : les menottes.... Exemple de "La corde". Les côtés moraux et amoraux dans ses films. - A 5'47 : Musique - A 6'30 : Patricia HITCHCOCK : son amour des films distrayants, faisait des films distraction pure. Les messages contenus dans ses films n'étaient pas intentionnels, exemple de "La corde". - A 8'11 : Musique et fin de la partie - A 10'21 : Générique transition avec Chester HIMES. Par Jean Claude CHARLES et Pamela DOUSSAUD . "La prison" qui signifie pour HIMES la conquête de l'écriture. - A 14'08 : résumé de l'épisode précédent. - A 16'02 : Yves et Yvonne MALARTIC, ses traducteurs : commentent des photos de HIMES qu'ils ont connu. Ils décrivent son caractère plutôt gai. - A 18'36 : Gordon HEATH lit un extrait de son autobiographie décrivant son 1er hold-up à 18 ans "Regret sans repentir" (?). - A 21'21 : Michel FABRE, spécialiste de littérature noire américaine: Ce hold-up l'envoie en prison. Sa remise de peine au bout de 7 ans. Ses débuts d'écrivain en prison, la nouvelle "Vers quel enfer de flammes" raconte un incendie qu'il a connu en prison. - A 22'44 : Jean Michel FOUCAULT en lit un extrait. ("Le manteau de rêve" (?) (3'40) - A 26'38 : Michel FABRE : en prison il commence à lire (Dashiel HAMMET) ça lui donne envie d'écrire. Il décrit sa vie quotidienne en prison. Ecrire lui donne un statut particulier, on le respecte. - A 29'17 : Walter COLEMAN, peintre : son entrée en prison à Baltimore. Lui ne peignait plus en prison, contrairement à Chester qui a commencé à y écrire, car il était aux travaux forcés et pas en cellule comme HIMES. On le battait quand il ne voulait pas travailler. En prison il n'avait rien à donner et ne pouvait plus créer. Il raconte comment il survivait dans la prison : il trafiquait, soudoyait des gardiens... Il sort de prison définitivement en 1948. - A 35'33 : Jean Michel FOUCAULT lit un extrait de Chester HIMES sur la prison ("Qu'on lui jette la première pierre") (2'47). - A 38'48 : Michel FABRE : en 1937 il sort de prison, on ne savait pas qu'il était noir, une fois sorti il va se heurter à la discrimination. Pendant la guerre il travaille dans les usines d'armement de la Côte Ouest où il est réduit au simple statut d'ouvrier noir. - A 41'23 : Walter COLEMAN : son retour à la vie civile, il part vivre à New York et recommence sa vie. Il évoque la mobilité naturelle des Américains. A cette époque il prend des cours de peinture. Anecdote sur ses initiales "WC". - A 46'12, à 48'10 : Gordon HEATH, comédien (en français) : il est noir américain mais ne se reconnaît pas dans les truands noirs, il est plus proche de la démarche de Martin Luther KING. Il était enfant unique très gâté. C'était un enfant isolé, c'est ce qui l'a mené vers la musique et la comédie. Son père était d'accord pour qu'il fasse une carrière artistique. - A 52'00 : Walter COLEMAN : sa vie d'artiste nomade entre l'Europe et les Etats-Unis, l'argent qui rend la vie plus agréable. - A 53'02 : Désannonce de l'émission.

Émission

Nuits magnétiques

Générique

interprète

Gordon Heath

participant

François Truffaut
Michel Fabre
Pascal Bonitzer
Gordon Heath
Patricia Hitchcock
Bruno Villien
Yves Malartic

présentateur

Laure Adler

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies