Les rêves perdus de Jean FEUGA - Audio Ina.fr

Les rêves perdus de Jean FEUGA

Publicité

 
+ de 20 000 programmes en streaming illimité
visionnage
illimité
Un abonnement sans engagement
sans
engagement
Une expérience sans publicité
sans
publicité
Le 1er mois offert
1er mois
offert
|
ou
|
1,99 €
 
telecharger
Télécharger le programme sur votre ordinateur
audio 24 mai 1956 172 vues 43min 18s

Jean FEUGA, écrivain et marin, est l'invité de l'émission "Le bureau des rêves perdus" pour un entretien entrecoupé d'interludes musicaux. Témoin et acteur de l'histoire, cet amoureux de la mer revient sur ses rêves de liberté, et fait le récit de ses aventures maritimes hors du commun : Transport de juifs vers la Palestine sur l'Idéros et naufrage de ce navire, capitaine sur le cuirassé ALEXEIEV de l'ex-marine soviétique impériale, et même corsaire, ayant un temps fréquenté les trafiquants et les bandits de Méditerranée. - A 00'14 " :Annonce et générique - A 00'45" : Présentation de l'invité Jean FEUGA, qui répond aux questions d'Etienne BIERRY : Né dans le Gers, homme de lettres, romancier et avant tout marin. Il évoque les bagnes dans ses rêves perdus, du sort des condamnés. Souvenirs de sa visite dans un bagne à Saint-Martin de Ré où il fit des lectures sur le thème de l'évasion des aventuriers et où chanta Damia. - A 03'28 " :Son rêve d'homme libre. On n'est pas libre dans une société. N'est libre que l'homme seul et seule la mer permet cette solitude, nécessaire à la réalisation de l'individu. Son engagement dans la marine à 17 ans. Séjour à Bizerte en 1924 où l'escadre blanche de l'ancienne marine impériale russe était cantonnée. FEUGA, témoin de l'exil de ces russes et de cette escadre morte, reconstituera plus tard dans le livre" Le cap de Bonne espérance "ce cimetière naval. Désigné pour ramener le grand cuirassé russe" ALEXEIEFF ", il se souvient de ce voyage."Les navires gardent le souvenir de leurs équipages ". - A 10'12" : Les rêves prémonitoires. Souvenir d'un rêve fait en 1930, alors qu'il était en reportage en Tripolitaine, où il vit avec anticipation la mort de son guide arabe. - A 13'22 " :ses rês d'être corsaire ou pirate. Jean FEUGA s'est toujours efforcé de réaliser ses rêves. Au bout l'attendait la rélité, qui ne l'a jamais déçue. - A 14'48" : Souvenirs du périple du navire "l'Idéros", vieux dundee de 22m de long, sur lequel Jean FEUGA était subrécargue. Comment l'équipage de l'Idéros, en juin 1946, a ramené depuis la baie de Naples 187 juifs, femmes, hommes et enfants entassés dans une cale en Palestine, dans des conditions difficiles liées à la promiscuité et en étant pris en chasse par les avions et les torpilleurs anglais. Récit du retour de l'Idéros, en passant par Beyrouth, un petit port d'Egypte où la vie semble s'être arrêté depuis le XVIème siècle, et la route difficile vers Rhodes. L'Idéros endommagé fit ensuite route vers l'Italie pour ramener 17 passagers italiens sur commandement des anglais. Récit du naufrage de l'Idéros et du sauvetage des passagers., de la lutte pour échapper à la fatalité. De ce périple, Jean FEUGA se rappelle d'un jeune juif survivant des camps de concentration, qui s'occupait de l'organisation et de la police à bord. - A 26'20 " :La liberté du vrai marin, la troisième race d'homme avec les morts et les vivants. Sur un bateau fantôme, Jean FEUGA a couru l'aventure de naviguer sans pavillon, avec le risque de confiscation du navire et de se rendre coupable de piraterie. La bienveillance des officiers de ports, car dans tout marin dort un pirate ou un corsaire. Ses aventures de " corsaire ". La Méditerranée," égout du Vieux monde ". Le port de Tanger, cloaque majeur de cette mer. Souvenirs de Tanger dans les années 46-47, de ses trafiquants et de ses bandits sans scrupules. - A 34'42" : Né en 1906, l'année où trois voiliers furent emportés au Cap-Horn par l'un des plus grands ouragans de l'histoire de la mer. En 1926, l'épave d'un de ces voiliers retrouvé enseveli dans un iceberg. Jean SARMENT, qui est monté à bord, refait le récit de ce naufrage. Histoire d'un capitaine écossais qui avait eu le pressentiment de son naufrage. - A 40'48 " :La peur, moteur de notre vie, et sentiment noble. Réflexions sur l'aventure. L'aventure n'est pas un but mais une fin, qui n'a d'intérêt que si elle comporte un vrai risque. Tout le reste n'est que littérature. - A 42'55" : Générique de fin

Émission

Le bureau des rêves perdus ou à la poursuite des rêves perdus

Générique

interprète

Etienne Bierry

participant

Jean Feuga

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies relatifs à la publicité, aux réseaux sociaux et à la mesure d'audience.
Masquer ce message
En savoir plus et paramétrer les cookies
AdBlock activé!